Edito : Le CDR ou le joker de 2018

La lutte est arrivée à sa  phase importante. Il s’agit là des échéances électorales. Si le Collectif pour la Défense de la République n’aura pas son propre candidat, il est clair qu’il portera son choix sur un politique. Comment procédera-t-il ? Une commission spéciale est en train de réfléchir sur la question. Elle sera la suite logique de ce que décideront les comités CDR qui se réuniront au Carrefour des Jeunes ce week-end.  Si la vision est décidée, ce projet de société facilitera comment définir le profil du candidat et comment entrer en négociation avec les acteurs politiques candidats à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

Le CDR est un mouvement très actif dans le landerneau de la société civile. Il impacte fort à travers ses meetings dans la capitale, à l’intérieur du Mali et à l’extérieur. Il dénonce et propose via les émissions cartes sur table de son porte-parole, Ras Bath les mardis soir sur la radio Renouveau FM.

L’atout du mouvement c’est le fait qu’il dit la vérité telle qu’elle se manifeste. Il n’a besoin du statut, le rang social de personne. Et tout individu qui viole les principes de l’Etat, dit toi que le premier à te dénoncer c’est le CDR. Cela est visible tout au long du mandat d’IBK. Ras Bath a tout dénoncé avec la plus grande fermeté et le fait de les traiter de ‘’voleurs’’ de ‘’vieux aux comportements indécents’’,  ils ont tenté par tous les moyens de l’écraser tout en oubliant que Dieu ne défend jamais le mal sur le bien surtout quand cette injustice frappe le peuple.

Finalement, Ras Bath est devenu, aux yeux du peuple malien, un messie. Du jour le jour, le nombre de ses fans s’accroit. Faites un tour dans les grins, dans les familles, devant les boutiques les mardis soirs pour s’en rendre compte. Vous verrez des groupes de gens avec la radio à côté qui captent la fréquence 98.1 Fm, la radio Renouveau FM. Lorsque Ras Bath donne aussi des consignes afin d’exprimer son mépris face à une situation dans la rue, vous les verrez remplies de fans.

Aujourd’hui, le CDR est partout. Bamako, intérieur du Mali et hors du Mali, des comités sont installés. Ils travaillent d’arrache-pied avec les maigres moyens afin de faire échec aux politiques machiavéliques instaurés par des dirigeants qu’ils jugent insouciants.

Au nom de tous ceux-ci, Ras Bath a parlé avec fermeté hier à la maison de la presse. Le CDR ne sera plus un observateur, il prendra part et ne laissera désormais personne gérer seule les affaires de l’Etat comme bon lui semble.

Alors le contrôle citoyen passe du verbe à l’action. Dans quelques semaines, tout sera précis. Le CDR sera au centre des négociations avec les politiques et un bloc sera mis en place pour sauver le Mali.

Boubacar Yalkoué

Source: Le Pays-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *