Edito : La CEDEAO sauve les meubles !

Ces dernières semaines ont été marquées par des atteintes graves à la liberté d’expression et à des attaques personnelles.

cisse assan traore epouse femme soumaila urd opposition agression reglement compte politique violence endommager vitre casse

Les membres de la plateforme ont insultés et traités de tous les noms d’oiseaux par les cadres du parti présidentiel-RPM.

Les opposants sont qualifiés ‘’ d’aigris et d’apatrides…..En plus de ces insultes et la censure des activités à la télévision nationale, la plateforme du NON est même empêchée de tenir des meetings d’informations et de sensibilisations à l’intérieur du pays.

mamadou blaise sanagare cds rasbat youssouf mohamed bathily bougouni

Le chroniqueur Ras Bath de la plateforme An Tè An Bana a été empêché de rentrer à Bougouni et à Dioïla. Le sit-in des mouvements ‘’Trop c’est trop’’ et ‘’ ça suffit’’ a été violemment empêché par des loubards à la solde du régime. Eu égard de tout cela, le véhicule de l’épouse du chef de file de l’Opposition Soumaila Cissé, Astan Traoré, a été vandalisé par des inconnus. Le pare-brise avant et arrière de la voiture qui, était garée parmi d’autres véhicules, ont été cassées par des projectiles. Cela est intervenu quand elle participait aux obsèques de l’épouse d’un militant de l’URD. En tout cas, cet acte crapuleux intervient à un moment où notre pays est profondément et dangereusement divisé par une révision constitutionnelle initiée par le Président de la république, Ibrahim Boubacar Kéita.

Les deux camps OUI et NON continuent de se radicaliser. Au lieu de se mettre au-dessus de ces deux camps, en tant que père, en appelant au calme et à la retenue, IBK ne bronche malheureusement pas. Alors qu’il doit cependant mettre la relecture demandée par la Cour constitutionnelle à profit pour faire une large concertation du peuple pour aboutir à l’adoption d’un texte consensuel et d’une date consensuelle.

En tout cas, avec cette révision constitutionnelle inopportune, impopulaire, sombre et unilatéral, et  l’allure où vont les choses, le pire était à craindre pour le Mali. Le chaos a été certainement évité par la décision salutaire de la Cédeao. Tombée ce week-end, cette décision dit clairement : « qu’aucun référendum ne peut se tenir à un an des élections présidentielles ».

La Cedeao sauve ainsi les meubles et évite du coup le pire pour le Mali. Les débats autour de cette révision constitutionnelle source de tension doivent être clos.

Aliou Touré

Par Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *