Edito : Ces faits qui décrédibilisent davantage IBK et Soumi

Une autre campagne électorale s’approche. Le signe annonciateur, la composition des listes dans les circonscriptions électorales. Tension, trahison, injures, implosion etc. Nous y assistons. Mais ces faits, ils sont plus visibles dans le camp du parti au pouvoir (RPM) et celui du chef de file de l’opposition  (URD). Au-delà de ces réalités, l’acte le plus déplorable ce sont des alliances contre nature. Des partis de la majorité en alliance avec certains de l’opposition et le pire ce sont les alliances RPM/URD ! Nous l’avons constaté lors des législatives passées. Mais à l’époque le climat n’était pas aussi délétère entre les deux bords. Aujourd’hui, ils ne sont plus en odeur de sainteté. L’opposition critique, menace et qualifie le bilan du régime actuel  de catastrophique. Du jamais vu sous le Mali démocratique. Elle appelle, sans cesse, IBK à redresser la barre ou s’attendre à une grande surprise. Après toutes ces accusations, il est impensable de voir les deux formations politiques (RPM-URD) partir en alliance dans certaines communes. Alors où est le sérieux ?

honorable-soumaila-cisse-urd-chef-opposition-malienne-ibrahim-boubacar-keita-ibk-president-malien

Nous estimons qu’il est temps de penser au peuple ; mettre de côté les intérêts individuels qui nourrissent la scène politique malienne depuis belle lurette. Ces politiques qui se réclament acteurs de la démocratique suite à la révolution de 1991 rament dans le sens contraire des idéaux démocratiques.

Ces alliances sans une réelle conviction pour le Mali décrédibilisent davantage les chefs des deux formations politiques (IBK et Soumi). Elles dénotent qu’ils prennent le peuple, les citoyens qui sont engagés pour leur cause, de part et d’autre, pour des débiles faciles à manipuler en toutes circonstances.

La vie est un choix. Quand on est de la droite ou de la gauche, il faut y rester éternellement. Se battre pour ses idéaux et non pour des postes  au détriment de l’intérêt du peuple qu’on est censé défendre.

Il est temps qu’ils arrêtent ces jeux et mettent une réelle conviction en marche pour le  Mali. Sinon URD-RPM pour les postes de maires, cela est bien une gestion d’union nationale même si pour le gouvernement (postes ministériels) l’opposition  dément une probable gestion commune du Mali avec le parti au pouvoir.

Boubacar Yalkoué

 

Source : Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.