VIE CHERE :PENDANT CE TEMPS LA PROPAGANDE CONTINUE

L’avenir s’obscurcit de plus en plus pour les Maliens. Pendant que le gouvernement continue la propagande avec les ‘’mesurettes’’ qu’il décide, les prix des produits de première nécessité ne font pas cadeau aux citoyens obligés de souffrir avec leurs maigres ressources dans les marchés. Comme si cela ne suffisait pas, les matériaux de construction rentrent dedans avec l’augmentation de leurs prix. Le ciment, au lieu de baisser de prix après l’ouverture des frontières, donne de l’insomnie aux promoteurs immobiliers.

Il y a péril en la demeure. L’inquiétude est partagée aujourd’hui par tous les Maliens qui ne savent plus où donner de la tête. L’augmentation du prix du ciment continue de faire couler beaucoup d’encres. On se rappelle cette spéculation créée par les vendeurs lors de l’embargo contre le Mali. Certains étaient même arrivés, de façon subtile, à augmenter les prix du ciment. Malgré les communiqués du ministère du commerce pour décourager ces opérateurs véreux. Mais cette augmentation est toujours dans l’air et menace les Maliens.

Déjà, la situation devient insupportable pour la population avec la récente augmentation des prix des produits pétroliers. Les prix des transports en commun ont sensiblement flambé. Dans les marchés, on ne sent pas du tout le réajustement des prix des produits de première nécessité décidé par le gouvernement et qui constitue pour lui un sujet de propagande dans les médias. Depuis quelques années, les prix des denrées alimentaires et des matériaux de construction ne font qu’augmenter. Parallèlement, le Smig reste statique. Les maigres salaires des travailleurs maliens ne comblent plus le mois. La vie chère est devenue le quotidien dans tous les ménages et, rarement, les gens trouvent un repas par jour. Et dire que le plus dur n’est pas encore arrivé.

 Le Point-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.