Usine malienne de lait : Où en est-on ?

La première pierre de l’usine de transformation de lait du Mali a été posée par l’ancien Premier ministre, Dr Boubou Cissé, le mardi 30 juillet 2019 à Dialakorobougou. L’infrastructure, bâtie sur 2500 m2 pour un coût total de 661,662 millions de francs CFA, avec des équipements dont la valeur s’élève à  379,212 millions de FCFA était inscrite comme une priorité dans le Programme présidentiel d’urgence, avec un délai de réalisation des travaux de 90 jours. Une année après, on se demande où en est la construction. 

 

Selon Sanoussy Bouya Sylla, Vice-président de la Société coopérative des professionnels de la filière lait du Mali, la construction du  bâtiment est bien avancée,  car il est achevé à hauteur de 70%, et les équipements sont déjà à Bamako, mais toujours à la disposition des fournisseurs. Il affirme que l’usine sera bientôt opérationnelle et permettra une transformation journalière de 20 000 litres de lait cru, exclusivement fourni par les producteurs locaux, en lait pasteurisé, lait stérilisé, yaourt et crème, pour un départ. M. Sylla ajoute qu’un réseau de distribution a déjà été mis en place, avec des revendeuses qui font partie intégrante du personnel de l’usine. La construction de cette unité de transformation est plus que nécessaire, car que le Mali dépense chaque année plus de 18 milliards de francs CFA pour l’importation du lait en poudre et d’autres produits laitiers. « Nous  disposons d’un important cheptel laitier, mais chaque année une grande quantité de lait se perd, en raison de difficultés de transformation, de conditionnement ou encore de distribution », déplore M. Sylla 

Cette usine marquera un pas supplémentaire vers l’industrialisation du sous-secteur et la promotion du lait local, afin de permettre aux producteurs du Mali de ne plus perdre ne serait-ce qu’un litre du précieux liquide. Elle compte également répondre à la demande croissante en lait des consommateurs.  

Maryam Camara

Source :  Journal du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *