Sahel : 1,3 million d’enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, au niveau record en dix ans (UNICEF)

Plus de 1,3 million d’enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë sévère dans la région du Sahel, soit le nombre le plus élevé depuis au moins une décennie et une augmentation de plus de 50% par rapport à 2017, a prévenu vendredi l’UNICEF.

Au début de 2018, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) avait initialement prévu que jusqu’à 1,6 million d’enfants dans les six pays du Sahel (Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal) risquaient de souffrir de malnutrition aiguë sévère. En réponse, l’agence onusienne pour l’enfance a rapidement renforcé son intervention en livrant des fournitures et des médicaments qui sauvent des vies avec le soutien de la branche humanitaire de la Commission européenne et d’autres partenaires.

“La malnutrition hante silencieusement les enfants à travers le Sahel et 2018 a été particulièrement sévère”, a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du centre. “Nous avons été en mesure de livrer les fournitures et les médicaments dont ces enfants ont besoin pour survivre, mais il est tout aussi important d’investir dans les mesures préventives et le dépistage précoce pour empêcher les enfants de tomber malades. C’est le changement que nous avons mis en place cette année et il a donné des résultats encourageants”.

La malnutrition atteint régulièrement le niveau d’urgence dans certaines zones du Sahel en raison de multiples facteurs, notamment la dégradation des terres et des cultures, les sécheresses et les intempéries périodiques, la pauvreté, l’accès limité aux denrées de base et aux services essentiels, et la croissance démographique.

Chaque année au Sahel, de nombreux enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, en particulier pendant la période de soudure, lorsque la nourriture se raréfie et que le paludisme et les maladies diarrhéiques se multiplient. Cette année, le nombre de cas de malnutrition aigüe a considérablement augmenté en raison de l’insuffisance des pluies, du prix élevé des produits alimentaires, des conflits armés et de l’insécurité.

En plus de fournir un soutien urgent en matière de traitement, l’UNICEF collabore avec les gouvernements des pays du Sahel afin de prévenir la malnutrition en promouvant de bonnes pratiques alimentaires et en utilisant les ressources alimentaires locales, ainsi que de meilleurs services sociaux et de santé.

Source: Agence de presse Xinhua
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *