Règlement 14 de l’UEMOA : La loi qui ne passe pas depuis plus de 15 ans

Pour la deuxième fois, les conducteurs routiers opposent un niet flagrant à la volonté des autorités d’appliquer le règlement 14 de l’UEMOA au Mali. Ils décident d’observer un arrêt de travail qui a paralysé toute la ville ce mercredi 17 février 2021.

L’application d’une loi vieille de plus de quinze ans continue de créer des remous au sein du secteur des transporteurs routiers au Mali. Ce mercredi, les SOTRAMA et Taxis de Bamako ont observé un mouvement de grève. Pour cette deuxième sortie, le Comité Syndical des Transports privés bénéficie de la solidarité des commerçants.

Le paiement de la redevance péage à chaque passage est une mesure qui ne semble pas passer pour ces transporteurs. Si le dialogue établi, avec le département chargé des Transports et des Infrastructures, avait permis l’exonération des autres moyens de transports urbains à l’exception des gros porteurs notamment les camions, les Benz et remorques ; le comité syndical entend être solidaire.

« Si après cet arrêt de travail le ministre ne revient pas sur sa décision, ils déposeront des préavis de grève qui peuvent aboutir à une grève illimitée. Et au-delà de ces dispositifs, ils seront obligés d’augmenter le prix du transport et ce qui ira à la perte de la population », a déclaré Dramane Koné, le secrétaire général des transports privés.

Les commerces dans les marchés étaient également paralysés : « Nous avons traversé trois marchés ce matin, il n’y avait personne », souligne un usager du tronçon Kalaban Yirimadio.

Aussi, ajoute-t-il, les quelques rares taxis et mototaxis qui avaient pu prendre des clients, se sont vu obligés de faire descendre les clients par les apprentis chauffeurs à travers des ‘’check-points’’ au niveau des carrefours stratégiques : « J’ai dû donner 500 f à un premier taximan qui m’avait pris et 1500 au deuxième pour arriver à destination », a-t-il indiqué.

En outre, cet arrêt de travail nourrit les risques d’accidents dans la mesure où les usagers particuliers circulent avec au moins trois passagers sur les motos se mettant ainsi en danger dans la circulation.

Par ailleurs, le ministère des Transports et des Infrastructures explique que l’objectif principal du Règlement 14 est de préserver les infrastructures routières et de contribuer à la durabilité des investissements réalisés. Il est relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids, et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les États membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Andiè A. DARA

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.