Ramadan: prix plafonds pour 5 produits

Le kg de sucre sera vendu à 500 FCFA ; le litre d’huile locale, à 650 F CFA ; le kg de riz de brisure non parfumé, à 350 F CFA. Quant au prix du pain et celui de la viande, des tractations sont en cours pour les ramener à un niveau abordable pour les consommateurs. C’est ce qui est convenu entre la Direction nationale du commerce, de la concurrence et de la consommation (DGCCC) et les opérateurs économiques importateurs de ces denrées. C’était ce mercredi 17 mars 2021, dans les locaux de la DGCCC, sis au Centre commercial.

 

Après la rencontre entre le Directeur régional du district de Bamako et le commerçants détaillants, le lundi dernier, c’était au tour du Directeur national de prendre langue avec les opérateurs économiques, afin d’échanger sur l’évolution des prix et des stocks des denrées de premières nécessités à la veille de ce mois de ramadan.
Ainsi, après plusieurs heures d’échanges entre les deux parties (Etat et secteur privé), le Directeur national du commerce, de la concurrence et de la consommation, M. Boukadary DOUMBIA, a expliqué que, conformément aux instructions du ministre de l’Industrie, du Commerce et de la promotion des investissements, sa structure a initié une série de rencontres avec les acteurs du secteur de distribution.
Dans son intervention, le premier responsable de cet organe central de régulation des prix (DGCCC) a rappelé que l’Etat avait signé un cahier de charges avec les importateurs et les détaillants, pour la commercialisation de ces produits de premières nécessités.
Au terme de cet accord, ces produits ont fait l’objet de subvention directe ou indirecte de l’Etat.
C’est pourquoi, la rencontre du jour était une occasion pour la DGCCC de rappeler à ces acteurs de la distribution le message du Gouvernement relatif à la stabilisation des prix, en prélude au mois de Ramadan qui pointe à l’horizon et de la période de soudure qui s’annonce.
Cette réunion concernait deux catégories de produits, à savoir : les produits qui ont fait l’objet de la subvention de l’Etat, ainsi que ceux qui n’ont pas fait l’objet d’allègements fiscaux.
A travers cette rencontre, il s’agissait d’amener les acteurs du secteur de la distribution, en l’occurrence les grossistes importateurs, les demi-grossistes et les détaillants, à maintenir les prix en deçà des prix consensuels plafonds signés.
Il s’agissait aussi de les inviter à maintenir les prix, sinon à fournir l’effort de les ramener à la baisse.
De son avis, depuis le mois de janvier, les services techniques ont constaté une tendance à la baisse des produits de premières nécessités.
Même si pour certains, a-t-il reconnu, les difficultés demeurent.
Pour les produits subventionnés, le Gouvernement, à travers la DGCCC, a appelé les commerçants au respect strict des engagements.
Dans le cadre de la maîtrise des effets de la COVID-19, l’Etat, a fait savoir M. DOUMBIA, a subventionné le riz de brisure non parfumé qui est vendu à un prix plafond de 300 mille FCFA la tonne. Au détail, ce riz ne doit pas dépasser 350 FCFA le KG.
Il s’agit également de l’huile locale pour lequel l’Etat a suspendu la TVA à l’achat et à l’importation de la graine de coton. En contrepartie de cet effort, dit-il, cette subvention doit être répercutée sur le prix de l’aliment bétail et le prix de l’huile locale.
Pour la production du sucre, l’Etat abandonné la taxe de protection. De ce fait, les fournisseurs des unités sucrières sont autorisés à importer en suspension de la taxe conjoncturelle à l’importation.
Au terme de cet accord, les bénéficiaires de cette mesure se sont engagés à maintenir le coût de la cession de la tonne de sucre à 450 mille F CFA et le prix du kg, à 500 F CFA.
En ce qui concerne les produits non subventionnés, les opérateurs économiques ont, de l’avis du DGCCC, pris l’engagement de garder la stabilité des prix.
Aussi, la DGCCC se donne-t-elle pour mission de suivre l’approvisionne correct du pays.
Par ailleurs, des rencontres sont en cours avec les boulangers pour ramener le prix de la miche de pain à 250 F CFA avant le mois de Ramadan contre 300 F CFA actuellement. En tous les cas, le Gouvernement a déjà proposé un rabattement des taux d’intérêt sur les lignes de crédits accordés aux boulangers.
«Nous sommes en négociation avec les boulangers, nous avons parcouru la structure du prix du pain aux consommateurs, nous avons regardé chaque poste de dépense minutieusement et les discussions vont se poursuivre pour atteindre l’objectif du Gouvernement qui est de ramener le prix du paix à 250 F CFA», a-t-il soutenu.
D’ores et déjà, a-t-il fait savoir, il y a un accord de principe, même si des divergences demeurent quant à la signature d’un protocole d’ici le mois de Ramadan.
A l’issue des échanges, M. Mama NIANGADOU, représentant de la société SODIMA, a rappelé que chaque année, à la veille du mois de Ramadan, les consommateurs se demandaient toujours si les prix seraient maintenus ou pas.
«Nous, nous sortons avec l’ensemble des importateurs qui sont là pour dire que les prix ne vont pas augmenter cette année. Nous allons tout faire pour maintenir nos prix, sinon les diminuer, compte tenu du contexte de notre pays», a-t-il promis.
L’accord signé avec l’Etat lui permet, dit-il, de vendre le sac de 50 kg de sucre à 22500 F CFA.
Par ailleurs, le stock est assez fourni pour passer le mois de Ramadan, a-t-il rassuré.
Pour sa part, M. Harber MAIGA, Secrétaire générale de la Coordination des associations et groupements des commerçants du Mali (CAGCDM), a salué l’engagement des importateurs qui leur permet, dit-il, de revendre ces produits dans le respect des prix conventionnels plafonds.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.