Projet « Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists » : La SNV guide les éleveurs via les satellites

L’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV) a procédé le jeudi dernier, à la présentation des acquis du projet Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists (STAMP) qui vise à améliorer la résilience des éleveurs pasteurs des régions de Gao et de Ménaka. C’était à la faveur d’une conférence de presse tenue au siège de l’organisation à Badalabougou.

C’était en présence de Catherine Lecome, gestionnaire du projet, Amidi Ag Alwaly, coordinateur de programme, Félix Hoogveld, premier secrétaire de l’ambassade du Royaume des Pays Bas, Ousmane Touré, responsable RSE d’Orange Mali.

Financé à hauteur de 2,5 millions d’euros, le projet STAMP qui a démarré en 2015, propose de rendre accessibles aux éleveurs, les données satellitaires qui permettent d’identifier l’emplacement de l’eau à 10 mètres. A partir d’un téléphone, les éleveurs peuvent s’entretenir en langues locales avec les télé-conseillers du service « GARBA » au 37333 pour un coût de 25 FCFA par minute. Le projet STAMP permet également aux éleveurs d’envoyer des requêtes USSD # 222 # pour 75 FCFA afin de disposer instantanément d’informations sur la disponibilité, la qualité de la biomasse, la disponibilité des eaux et surfaces, le niveau de concentration du bétail autour des ressources et les prix du bétail et des céréales le long des axes de transhumance. Ils s’appuient sur la combinaison des données satellitaires et des informations collectées dans leurs terroirs par les éleveurs pasteurs eux-mêmes, toutes plus cruciales les unes que les autres pour anticiper leurs mouvements, économiser du temps, de l’argent et améliorer la productivité de leur élevage. Le premier secrétaire de l’ambassade du Royaume des Pays Bas, M. Félix Hoogveld, dira que l’ambassade des Pays Bas est un partenaire du projet via l’Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) qui l’a financé à 70%, une idée initiale pour promouvoir l’utilisation d’une technologie innovante pour le développement socioéconomique dans les différentes zones. « Le projet STAMP répond à ce défi, c’est-à-dire comment est-ce qu’on peut utiliser cette technologie innovante pour le développement socioéconomique.

Le projet a atteint des résultats importants mais cela ne veut pas dire que les résultats sont déjà assez bien fondés dans la zone. C’est clair pour tout le monde que le projet a besoin de continuation pour vraiment être fiable et soutenable à long terme », a-t-il soutenu. Le coordinateur de programme, M. Amidi Ag Alwaly, a expliqué à son tour le rôle de TASSAGT dans la mise en œuvre du projet STAMP. A ses dires, l’ONG locale TASSAGT supervise la collecte, le partage des données de terrain et sensibilise les éleveurs sur l’utilisation du service.

La coordinatrice du projet, Catherine Lecome, a édifié l’assistance dans une projection vidéo sur les acquis du projet au cours de la cérémonie. Notons que la SNV est une organisation internationale de développement à but non lucratif, établie aux Pays Bas à partir de 1965. Elle intervient dans les pays en développement depuis plus de 50 ans et opère aujourd’hui dans 30 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine.

Elle se dédie à une société dans laquelle toutes les personnes, sans distinction de race, de classe  ou sexe, jouissent de la liberté de poursuivre leur propre développement.

Bintou Diarra

 

Source: lechallenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *