Pharmacie vétérinaire et bien-être animal : des projets de textes bientôt soumis au gouvernement pour adoption

Le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould Mohamed a présidé hier, dans un hôtel de la place, les travaux de l’atelier de validation des projets de décrets relatifs à la pharmacie vétérinaire et au bien-être animal. C’était en présence du directeur national des services vétérinaires, Dr Drissa Coulibaly.

Cette activité de trois jours, rentre dans le cadre de la modernisation de la législation vétérinaire au Mali, enclenchée depuis août 2019. À cet effet, elle est la suite d’un processus engagé par le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (Bira-UA), à l’endroit des services vétérinaires des pays africains dans le cadre d’une modernisation de leur législation vétérinaire.

Deux textes réglementaires sont concernés par cet atelier à savoir : le projet de décret fixant les modalités d’application de la loi n°2012-014 du 24 février 2012 relative au bien-être animal conformément au plan stratégique de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Ce plan comporte ainsi, des dispositions relatives à l’action, à la coordination et à la planification intégrée portant sur le bien-être animal des animaux terrestres et aquatiques.

Le deuxième est le projet de décret fixant les modalités d’application de la loi n°2016-004 du 12 février 2016 régissant la pharmacie vétérinaire. Il se situe dans le cadre de la transposition de la directive N° 07/2008/CM/Uemoa relative à la pharmacie vétérinaire, dans notre corpus juridique.

Selon le ministre en charge de l’Agriculture, cette transposition interpelle tous au regard de tout ce qu’il y a comme problématique pour l’assainissement du marché du médicament vétérinaire. Nettoyage qui, s’il n’est pas fait, va constituer un problème de santé publique vétérinaire dans notre pays.

Ce qui fait dire à Mahmoud Ould Mohamed que la pertinence de ces deux textes est avérée à plus d’un titre. Pour lui, le travail qui a abouti à cela sera poursuivi par les cadres des services vétérinaires avec l’accompagnement de son département afin d’arriver à une législation moderne conforme aux exigences internationales.

En 2019, un atelier similaire a regroupé des parties prenantes sur des projets de textes relatifs à la transposition de la directive N°01/2012/CM/Uemoa du 10 mai 2012 relative à la libre circulation et à l’établissement des docteurs vétérinaires ressortissants des États membres de l’Uemoa au sein de l’union, a rappelé le patron de l’Élevage et de la Pêche.

Il a salué l’initiative et l’appui apporté pour la tenue de ladite rencontre. «La nécessité d’une telle rencontre répond à certaines exigences en matière d’élaboration de toute législation. Elle permet de mettre ensemble toutes les parties prenantes, afin que chacun puisse exprimer ses préoccupations.

La finalité d’un tel exercice est de trouver des textes consensuels, s’inscrivant dans les normes internationales en premier lieu, et prenant en charge les aspirations des uns et des autres, sans porter préjudice à la qualité des textes par rapport aux normes édictées», a-t-il précisé.

Il a exhorté les participants à plus de clairvoyance dans l’examen des projets de textes soumis à leurs approbations.L’ambition est de bâtir un code de la santé animale et de santé publique vétérinaire qui est attendue dans les prochains jours.

Selon Dr Drissa Coulibaly, ce chantier est relatif à la pharmacie vétérinaire, à la profession vétérinaire, aux semences animales, à la sécurité sanitaire des aliments, etc.
Au cours des trois jours d’atelier, les participants vont valider les projets de textes qui seront soumis au gouvernement pour adoption.

Fadi CISSÉ

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.