Payement des arriérés des agents de la COMATEX: la justice lève le blocage

Après une lutte acharnée pour la levée de la main mise sur leurs 600 millions octroyés par le gouvernement de la transition, les travailleurs de la COMATEX seront bientôt mis dans leur droit. L’information a été donnée par Noumou Mory KANTE, secrétaire à l’organisation de la coalisation syndicale de l’UNTM-CSTM de la COMATEX de Ségou.

 

Enfin une lueur d’espoir pour les 1300 travailleurs de la COMATEX qui se sont battus corps et âme contre le Secrétaire général du Comité syndical de la COMATEX affilié à l’UNTM, Abdoulaye DIAKITE et son avocat, qui réclame 120 millions sur les 600 Millions.

Selon M. KANTE, le Collectif UNTM-CSTM a farouchement engagé une lutte judiciaire et syndicale pour contester la décision du juge qui a avait instruit au trésor de faire main mise sur leur dû.

« Bien que cette demande de main mise était une idée du Secrétaire général du Comité syndical de la COMATEX affilié à l’UNTM, nous travailleurs des deux syndicats ont vu la nécessité d’unifier le combat contre DIAKITE et son avocat, qui arguaient que c’est grâce aux avocats que nous avions pu être mis dans nos droits ! Pourtant, nous n’avions pas fait recours à un avocat », a rappelé M. KANTE.

Selon notre interlocuteur, 806 travailleurs de la COMATEX ont aussi signé une pétition qui a été déposée à la primature et dont une copie a été donnée à la justice.

«Nous avons fait des rassemblements pour contester avec la dernière rigueur contre tout prélèvement de quoi que ce soit sur notre argent. Nous sommes soulagés de voir que nous sommes, à présent, mis dans nos droits.», a-t-il dit, avec fierté.

Il se réjouit que la Cour d’appel se soit mise à leurs dispositions pour trancher le différend.

« Nous attendons une seule note du juge pour percevoir notre argent. Sinon nous avons une grosse du juge pour entrer en possession de notre dû », a-t-il précisé.

Rappelons que lors d’une visite à Ségou en novembre 2021, le chef du gouvernement de Transition avait annoncé la décision de son gouvernement de mobiliser 600 millions pour éponger la première tranche des arriérés de salaire des travailleurs du géant textile.

Toutefois, la somme en question, a-t-il fait savoir, était bloquée au trésor à cause d’un litige qui opposait les travailleurs de la COMATEX au Secrétaire général de l’UNTM et son avocat, qui réclamaient, selon eux, la commission d’avocat.

Le gouvernement, afin d’éviter que l’argent en question ne rate sa destination, devait le virer dans les comptes bancaires respectifs de chaque bénéficiaire, avait expliqué Choguel, en rassurant les travailleurs de la relance très prochaine de la COMATEX S.A.

Selon notre source, cette promesse est déjà un acquis depuis le 10 mars dernier à l’issue de ce conseil de cabinet dont la principale conclusion a été l’exécution imminente de relance de la COMATEX et le paiement des travailleurs.

« Ce qui reste à faire, c’est l’organisation des travailleurs eux-mêmes. Parce que l’État veut verser dans les comptes individuels de chaque travailleur, non via un avocat. C’est pour éviter des brouilles après », avait-il confié.

Conformément à l’engagement pris par le PM, il y a quelques mois ; le processus n’entendait que les formalités administratives des compressés, notamment, la liste de tous les travailleurs de la COMATEX, et la création d’un numéro de banque.

En tout état de cause, cette décision des autorités judiciaires va être une bouée de sauvetage pour des centaines de chefs de famille qui ne savent plus à quel saint se vouer depuis la fermeture de l’usine.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.