Micro-finance : EN QUETE D’UN NOUVEAU SOUFFLE

La politique nationale de développement de la micro-finance adopté en juin dernier vise à construire un secteur professionnel et dynamique qui contribue efficacement à la réduction de la pauvreté

guichet banque

Au Mali, les systèmes financiers décentralisés (SFD) sont considérés comme des instruments alternatifs pour répondre au mieux aux besoins des populations vulnérables. Aussi, le secteur de la micro finance a-t-il  été priorisé dans tous les projets et programmes du gouvernement. Les autorités ont, de ce fait, adopté le 29 juin dernier le document de la politique nationale de développement de la micro-finance et son plan d’actions 2016-2020.
C’est en vue de son appropriation par les acteurs du secteur que s’est tenu hier un « atelier de dissémination du document de la politique nationale de développement de la micro finance et de son plan d’actions 2016-2020 ». C’était dans la salle de conférence du ministère de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, sous la présidence du  ministre Konimba Sidibé.
La cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence des représentants des ministères impliqués dans le secteur de la micro-finance, des partenaires techniques et financiers et de nombreux autres invités.
Le document de la politique nationale de développement de la micro-finance au Mali est, rappelle-t-on, le fruit des efforts de l’ensemble des intervenants du secteur, à savoir les départements ministériels impliqués dans la micro-finance, les structures d’encadrement ou d’accompagnement, les chambres consulaires, la société civile, les partenaires techniques et financiers, etc.
La politique nationale de développement de la micro finance vise à construire un secteur de la micro-finance professionnel qui contribue efficacement à la réduction de la pauvreté grâce aux services offerts par des SFD viables et intégrés au système financier global. Cela à l’horizon 2025. Son objectif général étant d’accroitre l’inclusion financière et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des ménages pauvres.
Les indicateurs financiers du secteur ont enregistré une évolution positive en 2015. Malgré ces résultats positifs, celui-ci évolue dans un contexte particulièrement difficile marqué par la poursuite des effets de la crise institutionnelle. Des effets qui avaient plombé certains SFD. On cite ainsi la baisse de l’activité de crédit pour la plupart des SFD et la dégradation de la qualité du portefeuille de crédit ; la crise de confiance entre le secteur et ses partenaires traditionnels comme les membres/clients, les banques, les PTF. Sans oublier le resserrement ou la raréfaction des financements des partenaires classiques comme les banques locales et les partenaires internationaux et la perte des investissements et du portefeuille dans les régions nord du pays pour certains SFD.
Le président de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Mali (APSFD-Mali) Adama Camara a, dans son intervention, reconnu que l’adoption du document par le gouvernement constitue une étape importante dans le nouveau tournant que le secteur de la microfinance est en train d’entamer. « Nous, acteurs de la micro-finance, prenons l’engagement devant nos membres/clients, devant les autorités, devant les PTF et devant l’opinion nationale et internationale de jouer totalement notre rôle dans la mise en œuvre de la politique nationale de développement de la microfinance et son plan d’actions 2016-2020 », a promis Adama Camara.
Le président de l’APSFD a enfin demandé à l’ensemble des acteurs  du secteur de s’approprier ce document de référence pour le Secteur et de contribuer activement à sa mise en œuvre.
Dans son discours d’ouverture, le ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé a rappelé que les systèmes financiers décentralisés constituent un axe stratégique majeur dans les politiques publiques de mise en œuvre de la vision du président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta. Pour preuve, a ajouté Konimba Sidibé, il est assigné aux SFD un rôle déterminant dans la création d’activités génératrices de revenus et d’emplois par la promotion d’exploitations agricoles et de micro-entreprises.
« J’invite les structures d’encadrement et d’accompagnement en rapport avec les partenaires du secteur à ne ménager aucun effort pour redynamiser les cadres de concertations et finaliser les outils afin de réussir la mise en œuvre du plan d’actions 2016-2020 de la politique nationale de développement de la micro finance », a souligné Konimba Sidibé. Avant de réitérer ses remerciements et la reconnaissance du gouvernement à l’ensemble des partenaires techniques et financiers de la micro-finance pour leur contribution au développement du Secteur.
Ces partenaires sont le Fonds international de développement agricole, la coopération canadienne, l’Agence française de développement, la coopération danoise, l’Agence américaine pour le développement, la Banque mondiale, la coopération technique allemande et de la coopération luxembourgeoise.
M. SIDIBÉ

 Source : L’Essor
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *