Le partenariat avec l’Afrique : l’autre levier de croissance pour Emmanuel Macron

La victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle est comme la prise, par le peuple de France, de la Bastille de l’extrémisme de droite.

Emmanuel Macron president francais

Après le Brexit et la venue de Donald Trump aux Etats-Unis, le  monde retenait son souffle car le score de l’extrême droite était élevé en France. Barack Obama lui-même avait appelé publiquement par vidéo à voter Emmanuel Macron en français, ce qui est un fait rare.

Le sujet était que l’extrême droite en France apparaissait comme un parti normal car certains leaders de la droite traditionnelle lui empruntent sa phraséologie dans un climat de crise économique avec un taux de chômage très élevé depuis longtemps. Une certaine presse aussi, il faut bien le dire, contribue à la dédiabolisation de  l’extrême droite en offrant leurs plateaux télé à des commentateurs douteux comme Eric Zemmour et autres pseudo-intellectuels.

C’est le lieu de rendre hommage et d’exprimer notre soutien avec  Audrey Pulvar, non gauloise mais française quand même qui fut suspendue des émissions politiques qu’elle a l’habitude de présenter parce qu’elle a signé une pétition  contre Marine Le Pen et pour Emmanuel Macron. Elle a réagi en ces termes: “Les journalistes d’extrême-droite dans les médias, ça ne gêne personne ?”

Politiquement, l’extrême droite au pouvoir en France aurait été comme la victoire de la “chacala” avec des tremblements de terre et des ouragans dévastateurs pour les habitants de notre belle planète.

En marquant un but par penalty dans la banlieue parisienne tout en  faisant remarquer que madame Le Pen ne pouvait pas se rendre dans ces quartiers, Emmanuel Macron a fait reculer l’idéologie ségrégationniste de l’extrême droite.

En disant à la télé lors du débat que le programme de madame Le Pen” c’est du grand n’importe quoi”, Emmanuel Macron a démystifié l’idéologie de l’extrême droite au niveau mondial.

Le monde a vu que l’extrême droite n’a effectivement pas de programme économique crédible à offrir aux peuples même si elle vit de leur colère.

Ceci étant, Emmanuel Macron, qui vient d’être reçu en Allemagne comme une rock star, a remporté l’élection présidentielle surtout parce qu’il porte un projet crédible aux yeux de sa nation. Il a su expliquer aussi son programme  avec pédagogie et un talent rarement vu.

Cette politique qui est basée sur une transformation en profondeur de la société française, a pour but de relancer l’économie de son pays pour faire baisser le taux de chômage.

Il propose d’enlever les freins qui empêchent les entreprises d’embaucher par plusieurs mesures dont la simplification, la réforme du code du travail, la baisse de l’impôt sur le bénéfice des sociétés. Il ajoute à cela l’investissement et la formation professionnelle.

Mais dans cette lutte contre le chômage, le président Macron dispose d’un autre levier  de croissance économique de poids que constitue le partenariat avec l’Afrique.

En effet, la crise en France ou en Occident n’est pas due uniquement au manque de compétitivité des entreprises.

C’est aussi une crise de bon de commande au niveau mondial qui a rétréci la part de marché en faveur de la Chine.

Au lieu de profiter de l’émergence de l’Afrique comme fait la Chine, les investisseurs européens préfèrent placer leur argent dans les paradis fiscaux.

Le développement de l’Afrique est une opportunité pour l’économie mondiale.

Le rapport Védrine, remis au précédent gouvernement français avait conclu qu’en 10 ans, la France a perdu 50 pct de sa part de marché en Afrique. Et la recommandation dans ce rapport était que si la France doublait ses échanges avec l’Afrique en 5 ans, cela pourrait créer 250 000 emplois en France.

Ce rapport qui a abouti au concept de croissance partagée n’a pas bénéficié de communication adéquate en Afrique mais constitue une opportunité pour la France et l’Afrique de progresser ensemble en dehors du complexe de supériorité ou d’infériorité genre Doing Business Together.

 

Aujourd’hui, cette idée de partenariat gagnant-gagnant est portée par Pierre Gattaz, le patron du Medef, le patronat français. Lors du Sommet Afrique France de Bamako de 2017 sur l’émergence de l’Afrique, ce dernier a appelé les entrepreneurs français à s’intéresser à l’Afrique ”sans complexe ni arrogance”.

La compétition économique entre l’Occident et la Chine fait rage en Afrique, et ça, Emmanuel Macron ne peut pas ignorer.

Il serait très dangereux pour la France de laisser d’autres installer des industries genre PME et PMI en Afrique dans le cadre de joint-venture ou autres. La part de marché pourrait prendre un sacré coup.

Un partenariat gagnant –gagnant entre l’Afrique et la France est aussi une solution pour lutter contre la migration quand des emplois sont créés fixant sur place la jeunesse.

L’Afrique émergente est un levier de croissance pour la France avec un président qui a conquis le cœur des africains en affirmant courageusement, en période électorale, que la colonisation est un crime contre l’Humanité, ce qui nous rapproche.

Abdoulaye Simpara

Afrique Info

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *