L’Afrique lancera un accord commercial panafricain en 2017

Les pays membres de l’Union africaine (UA) doivent débuter les négociations sur un accord de libre-échange continental (CFTA) qui regrouperait tous les pays d’Afrique et aurait pour objectif d’augmenter le commerce à l’échelle régionale entre les 54 pays de ce bloc, a-t-on appris mercredi à Johannesburg.

(21)EGYPT-SHARM EL-SHEIKH-AU SUMMIT-ASSEMBLY-CLOSING CEREMONY

« Les progrès sont en cours pour le lancement de l’Accord de libre échange tripartite (TFTA), lancé en Égypte et regroupant 26 pays d’Afrique dont les 15 pays membres de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) », a déclaré Fatima Haram Acyl, Commissaire de l’UA au commerce et à l’industrie.

Le TFTA est considéré comme un catalyseur pour l’établissement du CETA.

Mme Acyl s’exprimait à l’occasion du 25ème sommet de l’Union africaine (UA) qui a lieu actuellement à Johannesburg. L’Afrique du Sud accueille ce sommet débuté le 7 juin et qui doit durer jusqu’au 15 juin, avec pour thème : « L’année de l’émancipation de la femme et du développement vers l’Agenda 2063 en Afrique ».

Le CFTA est l’une des questions qui doit être discutée par les représentants participant à ce sommet.

Il est envisagé que cet accord intrarégional, s’il est adopté lors de ce sommet, conduise à l’adoption du CFTA d’ici à 2017, d’après Mme Acyl.

Le CFTA proposé doit être un élément clé de la stratégie de l’UA pour augmenter le commerce à l’intérieur de la région d’au moins 50% au cours des dix années à venir.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, président sortant de l’UA, a lancé mercredi l’accord historique du TFTA en Éypte, donnant ainsi naissance à un marché de 625 millions de personnes avec un produit intérieur brut combiné de plus de 1.000 milliards de dollars.

La création du CFTA n’a pas été facile pour tous. Plusieurs pays étaient sceptiques sur la faisabilité de tels accords, a déclaré Mme Acyl.

Au niveau des entreprises, un exportateur africain exportant ses produits vers un autre pays du continent est confronté à des charges de 12,4% environ, contre 8,4% si cette même entreprise exportait hors d’Afrique.

La création de la CFTA est une partie importante du premier plan de 10 ans pour la mise en oeuvre de l’Agenda 2063 de l’Afrique.

 

Xinhua

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.