Journée Mondiale Vétérinaire 2018 : Triplement célébrée au Mali par l’ANDVM

Le Mémorial Modibo Kéita a servi de cadre  28 avril 2018, aux travaux  trois activités majeures de l’Association nationales des services Vétérinaires du Mali (ANDVM). Il s’agit de la célébration de la Journée  Mondiale Vétérinaire 2018, la deuxième Assemblée  générale  ordinaire de l’ANDVM (rapport moral et financier, perspectives 2018-2019), et  la nuit  du  Docteur Vétérinaire.  Les travaux ont été ouverts par  le Ministre  de  l’Elevage  et  de la pêche, Mme Kané Rokia  Maguiraga, en présence  du président  de l’ANDVM, Dr Sidiki Konaté, du  représentant  de  l’OIE, Dr Karim Tounkara, et  du  représentant  du Maire de  la Commune III du District  de  Bamako. 

Dr Sidiki Kinaté n’a pas manqué de rappeler l’importance de l’élevage dans l’économie malienne.  «Le secteur de l’élevage est pratiqué par plus de 85% de la population malienne. Le cheptel national est estimé à plus de 15 millions de bovins, 32 millions de petits ruminants, 37 millions de volailles et un peu moins d’un millions de camelins selon la Direction nationale des productions et industries animales (Dnpia 2015). La production halieutique est de 100000 tonnes de poissons par an selon la direction nationale de production (DNP 2015), en englobant l’aquaculture dont la production est en plein essor économique. En matière  de  recette  d’exportation, l’élevage arrive en troisième position derrière l’or et le coton. Sur une période  récente, sa contribution est estimée par le test du guide méthodologique de l’initiative «Alive» à environ 19% du PIB national. La contribution de la pêche est évaluée à 2,8% (Dnsi, 2016)». Et  d’ajouter que de 2006 à 2014 le volume des finances acquis des sous-secteurs élevage  et pêche  est  passé de 66 milliards de FCFA environ à plus de 137 milliards de FCFA. L’augmentation, dit Dr Sidiki Konaté, est presque constante. En  sommes, dit-il, l’enjeu majeur pour nous, est  de faire du secteur le principal pourvoyeur d’emplois en promouvant  un  élevage  productif  et  compétitif, apte à contribuer de manière plus significative à la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en gérant durablement nos ressources naturelles.  Cela  passe, de l’avis  du  Dr Sidiki Konaté, de bien savoir par la prophylaxie, les traitements thérapeutiques et autres soins  sous-jacents de maintenir à bonne hauteur  la santé du cheptel ;  par les actions idoines dont on connait le catalogue, de savoir agir sur le bétail de manière à accroitre son taux de participation  au  produit  intérieur  brut ; encadrer toujours les acteurs concernés, de déranger les voies et moyens qui pourraient  rapidement faire quitter les sentiers  battus  au processus  de  professionnalisation  des acteurs et l’expropriation  qui  tardent  à  se  moderniser et à se structurer. Il urge, indique le président  dans  ce  sillage à  inciter  les vétérinaires à s’unir, à se perfectionner et à entamer, par-delà le travail classique  administratif  ou  de  médication, des  processus innovants  d’actions  en  synergie constante au regard des enjeux économiques actuels. De la même façon, déclare le président, il s’agit de regrouper les éleveurs d’une manière professionnelle  et entrepreneuriale. Il faut  à  termes, dit-il, qu’à terme, le Mali, à partir de son abondant  cheptel, en  arrive  à être une référence incontestée dans ce volet de poids de son potentiel actuel.

Le Ministre de l’élevage et de la pêche, a remercié l’Andvm pour les actions qu’elle mène afin d’améliorer la santé animale.

Hadama B. Fofana

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *