Industrie : Une nouvelle politique de responsabilité sociale et environnementale pour Bramali

Elle se focalise sur quatre piliers clés : la protection des ressources vitales ; la réduction de la consommation énergétique ; la promotion de la prospérité dans la communauté, celle de la santé et la sécurité pour un environnement meilleur

 

Les responsables de  la Société des brasseries du Mali (Bramali) ont présenté au public le mercredi dernier leur nouvelle politique de responsabilité sociable. C’était dans les locaux de ladite société sise à Banankoroni.

La rencontre était placée sous la présidence du ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ibrahim. C’était en présence du Directeur général de Bramali, Benjamin Bronne, du Directeur qualité de Bramali, Vital Mwemerabugabo et de l’ensemble du personnel.

Présente au Mali depuis plus de 30 ans,  la Société des brasseries du Mali, après avoir obtenu les certifications Iso 9001 et FSCC 22000, a mis la  barre plus haut  en matière de Responsabilité sociale et environnementale (RSE).  La direction de Bramali, soucieuse de préserver son image d’entreprise citoyenne respectueuse de l’environnement a élaboré un model RSE.

La cérémonie de mercredi a connu un seul temps fort. La présentation de la RSE, à travers la projection d’un film sur les prouesses réalisées par la société.

Ainsi, dans son exposé de présentation, le directeur qualité a d’abord rappelé la place queBramali occupe dans l’économie malienne. Selon lui, la société est non seulement, un acteur économique majeur et social,respectueuse de son environnement, mais également, un véritable partenaire de croissance du Mali depuis 30 ans. « L’entreprise emploie près de 400 personnes. Nous satisfaisons pleinement face aux obligations juridiques applicables, mais nous investissons davantage dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes » a expliquéVital Mwemerabugabo.

Avec un investissement de plus de 23 milliards de F CFA entre 2012 et 2013, Bramali continue d’investir en moyenne plus de trois milliards de F CFA par an pour faire face à son développement et ses ambitions. Ainsi, d’une capacité de production annuelle de plus de 80 millions de litres de boissons, elle entend atteindre les 100 millions de F CFA cette année.

Vital Mwemerabugabo a ensuite expliqué les grandes lignes de la RSE. Selon lui la nouvelle politique RSE de sa société se focalise sur quatre piliers clés. Il s’agit entre autres de la protection des ressources vitales ; la réduction de la consommation énergétique ; la promotion de la prospérité dans la communauté, celle de la santé et la sécurité pour un environnement meilleur.

Le respect de l’environnement n’est pas un vain mot à Bramali, c’est pourquoi a indiqué, pour sa part son directeur, Benjamin Bronne « nous traitons nos eaux usées avant de les rejeter dans la nature. Nous avons investi dans la rénovation de nos installations et contrôlons régulièrement notre consommation d’eau. Attentifs aux populations locales de notre environnement, nous veillons à leur donner accès à l’eau potable, à des projets agricoles et à soutenir les malades dans les hôpitaux…etc  ».

Pour réduire la consommation d’énergie liée à ses activités de production, la société, selon son directeur, a remplacé ses anciennes machines par des modèles plus économiques, en mettant en place des procédures et plans d’actions, l’objectif est d’atteindre une réduction d’énergie supplémentaire de 10 à 15%.

<<Bramali accompagne ses employés, afin de leur offrir des perspectives de développement professionnel et de garantir l’excellence des prestations de nos équipes>> a indiqué son directeur. C’est pourquoi dira Benjamin Bronne<<la société a élaboré une politique de formation continue dynamique et innovante de ses employés>>.

Au delà de ces initiatives,Bramali veut désormais utiliser le maïs malien au coeur de son activité. « C’est un projet en gestation. Nous voulons utiliser le maïs malien pour fabriquer de la boisson. Si nous parvenons à mettre en œuvre ce projet, nous allons contribuer à la création de plus de richesse pour les agriculteurs maliens. Notre but ne sera pas de nous approvisionner directement sur le marché, nous allons mettre en valeur des terres agricoles et mettre à la disposition des producteurs locaux des machines les permettant de produire plus», a indiqué le directeur général.

Le ministre du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, visiblement satisfait de la bonne vision de Bramali, n’a pas manqué de  saluer les efforts de l’entreprise tout en promettant le soutien et l’accompagnement des autorités maliennes à l’aider dans l’atteinte de ses objectifs. Il a promis d’inciter les autres entreprises et usines basées au Mali à emboiter le pas à Bramali pour un développement harmonieux du pays. « En tant que ministre du Développement industriel, j’ai toujours invité les industriels à la qualité ». Tout en félicitant la Société des brasseries du Mali, il a exhorté les autres industries de la place à s’inspirer de son modèle.

Mohamed Naman Keita

Source: Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.