Fermeture des frontières : le difficile maintien des prix

Le ministre du Développement rural, assurant l’intérim de son homologue de l’Industrie et du commerce, a rencontré le 17 janvier les opérateurs économiques et les représentants des consommateurs. Le but était « d’œuvrer pour la stabilité des prix des denrées de première nécessité ». Outre cette crainte de voir les prix prendre l’ascenseur, certains opérateurs, comme les transporteurs, subissent aussi l’impact négatif des sanctions communes CEDEAO / UEMOA.

 

En effet, sans explication apparente, le prix du sucre connaît une brusque flambée. De 500 francs CFA, il y a quelques jours, le kilogramme est désormais vendu dans plusieurs endroits dans la capitale 700 francs. De 27 000 francs CFA il y a encore quelque temps, le sac de 50 kilogrammes s’est retrouvé à 32 000 francs. « C’est à ce prix que nous l’avons acheté hier », se justifie un boutiquier, sans plus de détails. « Il a été observé une insuffisance de l’offre sur les marchés de consommation, en raison de la non disponibilité de la production locale de SUKALA et de N-SUKALA, estimée à 8 893 tonnes, et de la mise en tierce détention de plus de 16 000 tonnes de sucre importé au profit des créanciers gagistes », explique la note de situation de la Direction générale du commerce et de la concurrence(DGCC).

Cette absence du sucre local sur le marché est consécutive à la « volonté des unités sucrières de céder la tonne à 436 600 francs CFA TTC ». Un prix qui ne permet pas de garantir le prix au kilogramme à 500 francs. En outre, malgré la subvention à l’importation de 60 000 tonnes de sucre, le prix CIF (Coût, assurance et fret) du produit a connu une hausse de 50%.

Avec une prévision de production de 81 000 tonnes pour 2021 / 2022 contre un besoin de consommation nationale d’environ 350 000 tonnes, il reste un gap de 269 000 tonnes à importer. L’État envisage donc de « diligenter la signature de contrats » avec les sociétés productrices au prix de 370 000 francs CFA pour garantir le prix de 500 francs au consommateur et de « dégager un couloir d’évacuation du sucre » en attente dans les ports de transit.

Concernant le gaz butane, son prix CIF a aussi connu une augmentation, passant de 270 800 francs CFA en décembre 2020 à 585 000 francs en novembre 2021. Ce qui a eu pour conséquence l’arrêt de l’importation par certains opérateurs, en attendant une nouvelle structuration des prix et le paiement de plusieurs mois de subvention en retard.

Par rapport au ciment, l’insuffisance de la production nationale, qui a connu un ralentissement en raison de problèmes techniques et la difficulté d’importer, même avant l’embargo, justifient les hausses dans ce domaine.

 Le transport impacté

« L’essentiel de nos destinations, c’est à l’international, Cotonou, Lomé, Dakar, Banjul etc. Donc cet embargo joue sur nous », se lamente Yéhia Zakaria, assistant logistique à Africa Tours, une compagnie de transport routier. S’il juge ces « sanctions très sévères », il invite les autorités sous-régionales à « les revoir » et les deux parties à « trouver un compromis ».

Pour faire face à cette difficulté, la société s’attèle à « créer des lignes nationales que nous n’avions pas encore pour survivre en attendant la réouverture des frontières ». Difficile pour le moment de mesurer le manque à gagner. En ce qui concerne les autres produits, comme l’huile alimentaire par exemple, qui a augmenté par endroits, il s’agit d’une pure spéculation, s’indigne un représentant d’association des consommateurs.

En attendant, pour faire appliquer les mesures adoptées par « l’Arrêté n°2021 – 4712 / MIC – SG du 15 novembre 2021, portant administration des prix du riz brisure non parfumé, de l’huile alimentaire, du sucre et du pain, des équipes de brigades de la Direction générale du Commerce, de la consommation et de la concurrence, appuyées par des éléments de la Police nationale ont été déployées sur le terrain », ajoute la note de la DGCC.

Des procès-verbaux ont été dressés à l’encontre de contrevenants et les manquements sont sanctionnés conformément à la réglementation en vigueur. Pour les opérateurs, il s’agit d’envisager une réorganisation en vue de se tourner vers d’autres ports que celui de Dakar, par exemple, où transitent 70% des importations maliennes.

Fatoumata Maguiraga

Source : Journal du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.