Entreprises : CHERCHENT DESESPEREMENT PERSONNEL QUALIFIE

konimba sidibe ministre Promotion Investissement secteur prive curriculum vitae cv biographie modec

 

La problématique des ressources humaines qualifiées dans les entreprises de notre pays constitue un réel casse-tête. C’est pour attirer l’attention sur ce facteur que le Réseau de l’entreprise en Afrique de l’ouest Mali (REAO – Mali), a organisé samedi dernier une conférence débat à l’Azalai Grand hôtel sur le thème : « Quel partenariat public-privé, face au déficit des ressources humaines qualifiés ».
La conférence, présidée par le ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur privé, Konimba Sidibé, s’est déroulée en présence du président du REAO-Mali, Houd Baby, et du directeur de l’Institut africain des entreprises, Daha Tidiane Ba.
Le document remis à la presse indique que REAO-Mali a décidé de poursuivre les échanges entamés lors de sa rentrée annuelle de 2015 sur la « problématique des ressources humaines qualifiées dans les entreprises au Mali ».
Les discussions avaient porté, entre autres, sur les constats et des mesures envisageables à court, moyen et long termes. Les participants ont observé que la question devait être approfondie. Pour le faire de manière structurante, REAO-Mali prône un partenariat étroit entre les politiques publiques et les pratiques en entreprise.
L’absence de cette collaboration explique en grande partie l’inefficacité des dispositifs en vigueur pour venir à bout de ce casse-tête, fait ressortir le dossier de presse. A l’occasion de cette conférence, REAO a réaffirmé son intention d’orienter les échanges vers le partenariat public-privé.
Il serait judicieux de poursuivre et d’approfondir la réflexion sur le thème « problématique des ressources humaines qualifiées dans les entreprises au Mali », a confirmé le président du REAO. Houd Baby estime que le remède à l’inadéquation entre formation et emploi devrait passer par un dialogue direct, sincère et permanent entre les décideurs publics et le secteur privé. Il faut que les décideurs publics comprennent que la question du chômage des jeunes ne trouvera sa solution qu’à travers une formation qui correspond aux besoins du marché du travail et que, seules, les entités privées pourront absorber d’une façon durable le chômage, analyse Houd Baby. Pour leur part, les responsables des organisations doivent comprendre que l’État n’est pas le seul responsable de la formation, a-t-il souligné.
Le ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur privé s’est, lui, réjoui de l’intervention de plusieurs acteurs importants du secteur privé-public qui ont développé de très bonnes idées qu’il faut mettre en avant afin de les concrétiser. « Les ressources humaines sont très importantes dans la bonne gestion d’une entreprise. Mais la difficulté pour les entreprises de notre pays à avoir des personnels qualifiés est un réel problème », a-t-il noté. Konimba Sidibé a insisté sur le fait que l’État seul ne peut développer le secteur privé. Il faut, de son point de vue, que le secteur privé et l’État se mettent ensemble de manière efficace pour définir les actes, les visions pour trouver une solution satisfaisante pour tout le monde.
Au cours de la conférence-débat, Daha Tidiane Ba a fait un exposé applaudi sur le thème du jour : « quel partenariat public-privé face au déficit des ressources humaines qualifiées pour les entreprises au Mali ». La rencontre a enregistré une série de propositions et de suggestions pour vaincre ce manque de personnel qualifié dans nos entreprises.
Abdoul Karim COULIBALY

 

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *