ECONOMIE: La BDM dans la haute sphère de la finance Africaine

Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale a abrité cette année, les Assemblées générales annuelles du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD). C’était du 11 au 14 Juin 2019. Quelques 3 000 invités dont des chefs d’Etat, ou de gouvernement, des ministres et de dirigeants de banques et institutions financières de l’Afrique et d’autres continents ont pris part aux travaux.

Toutes les rencontres se sont tenues dans les installations ultra modernes de Sipopo, une ville construite par le président équato-guinéen, Theodoro Obiang NGUEMA, à l’honneur du continent en 2011 et baptisée, ville de l’Afrique.

La cérémonie était placée sous le thème de l’intégration.

La cérémonie d’ouverture a enregistré, outre la présence du président hôte, la participation du président mauritanien le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, le Roi d’Eswatini (EX Swaziland), Mswati III.

L’ensemble des interventions ont porté sur le thème général de “l’intégration régionale pour la prospérité” donc comment booster le développement de l’Afrique à travers une plus grande fluidité aux frontières pour permettre la circulation rapide des personnes, des biens et des services.

Le pays Obiang NGUEMA qui accueille les rencontres s’est dit fier de recevoir l’Afrique dans son pays qui grâce ” aux revenus du pétrole et investis dans le pays et pour les populations, se transforme” d’après lui. Il a profité de l’occasion pour justifier son action à la tête de ce pays pétrolier de l’Afrique centrale et fustiger en même temps les complots internationaux visant à saboter ses programmes et à s’accaparer des biens et des ressources du pays et de l’Afrique.

Joignant sa parole à celle du président équato-guinéen, le président du Groupe de la BAD, le Dr Akinwumi ADESINA, a demandé aux dirigeants africains d’investir davantage dans les secteurs porteurs et principalement dans les programmes qui profitent à la jeunesse “pleine de dynamisme et fer de lance du développement du continent”. Le patron de la Banque africaine de développement a aussi demandé de faire tomber les murs et les barrières entre les pays afin de laisser libre cours aux mouvements des hommes, des capitaux et des services pour accélérer la croissance économique qui permettra à notre continent de retenir ses cerveaux et ses bras valides et donc rattraper son retard.

Correspondance particulière

Lire la L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *