Douanes maliennes: ne tuez pas le commerce

A la fin de chaque mois, et cela depuis belle lurette, nous lisons dans la presse les performances financières des directeurs de douanes, qui se surpassent pour atteindre, voire dépasser les objectifs financiers qui leur sont fixés.  Si cela permet aux directeurs successifs des douanes de faire bonne figure auprès de leur hiérarchie pour rester le plus longtemps possible à leur poste, il serait intéressant de se demander ce que cela coûte aux commerçants importateurs.

direction generale impots gao réhabilitation

En effet, i l est apparu comme une mode, que chaque directeur de douanes, se paye les services de quelques organes de la place, pour étaler périodiquement ses performances hors pair. Les chiffres donnent souvent du vertige.  Entre 31 et 45 milliards sont recouvrés chaque mois, et publiés comme un trophée de guerre. Et pour en rajouter, nous apprenons que la 30% d’augmentation, ramenés a 10% après le menace des transitaires, vont être institués sous peu.

Renseignement pris auprès des amis commerçants, nous apprenons que la plupart des commerçants maliens, a part ceux qui sont dans les grâces du régime en place, ou qui bénéficient de marchés et contrats, du fait de leurs relations avec les chefs de départements, tirent le diable par la queue. Ils vivent d’acrobatie. Impossible d’importer normalement, de tout déclarer et de  s’en sortir. Les frais de dédouanement  sont  impossible à satisfaire  normalement.

Un ami personnel, propriétaire d’usine a l’extérieur du Mali, m’a confié son exemple. Quand il envoie un container de 40 pieds au Mali, pour fournir ses boutiques a Bamako, il doit le dédouaner à 18 millions de francs CFA. Quand il l’envoie a Lomé pour fournir ses boutiques qui s’y trouvent, il dédouane à 3 millions le même container.  Voyez la différence. Il se s’en sort plus avec ses boutiques a Bamako, car c’est une perte sèche de 15 millions par container, alors qu’il en envoie mensuellement entre trois et cinq. Résultat,  il a fermé malgré lui ses boutiques de Bamako, gardé ceux de Lomé, et laissé le soin aux  maliens qui aiment ses produits de venir se ravitailler à Lomé  et en assurer le dédouanement, sur le reste du trajet. Decision prise selon lui contre bon coeur mauvaise fortune.

Nous savons que la douane malienne est le principal pourvoyeur du budget national, pour faire face aux salaires et autres besoins de l’etat. Mais cela justifie t-il qu’elle s’érige en structure commerticide? C’est à dire qu’elle tue le commerce malien? C’est pourquoi nous l’interpellons, afin qu’elle révise son système, facilite les frais d’importation afin qu’elle n’égorge pas le commerçant malien, pour nourir le l’état et fonctionnaire Maliens. Une réflexion doit être menée dans ce sens par l’état et tous les acteurs concernés par ce secteur.

 

Kalifa Gadiaga

Professeur d’Enseignement Secondaire

Columbus Ohio USA

 

La rédaction 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *