Douane : 42 milliards de FCFA réalisés en avril dernier

La Direction générale des Douanes a engrangé, en avril dernier, la bagatelle de 42 milliards de Francs CFA. Et ce, malgré l’embargo, décrété contre le Mali depuis le 09 janvier 2022 par l’Union Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Malgré cet embargo, qui met un coup d’arrêt aux importations, aux exportations et aux flux financiers, la direction générale des Douanes apporte, chaque fin de mois, aux finances publiques pas moins de 40 milliards de FCFA, permettant à l’Etat malien de faire face à ses obligations.

 

42 milliards de Francs CFA ! C’est le montant versé, en avril dernier, par la direction générale des Douanes au Trésor public pour permettre à l’Etat de « fonctionner ». Normalement.

Plus de 167 milliards de Francs CFA versés au Trésor public, malgré l’embargo

En effet, depuis le début de l’année – le 09 janvier, exactement, au sortir du sommet d’Accra, le Mali est sous embargo de l’Union Monétaire Ouest Africaine.
Du coup, les flux financiers – à l’intérieur comme avec l’extérieur- sont suspendus. Comme les importations et exportations, excluant quelques produits de première nécessité.
Malgré tout, la Douane malienne a injecté, en l’espace de quatre mois, plus de 167 milliards de Francs CFA.
Chassée du Mali, et ses troupes avec, la France croyait tenir là la clé de sa revanche, sur le Mali, un pays de son ex-pré carré, qui a décidé de prendre sa liberté et son indépendance. Un « crime de lèse-majesté », que le Mali vient de payer cher par la suspension, durant quatre mois, voire plus, de toutes ces importations et exportations.
Jugées « illégales et illégitimes », par les autorités maliennes, selon lesquelles elles ne figurent, nulle part, dans les textes de la CEDEAO et de l’UEMOA, ces mesures ont été prises malgré tout- avec la complicité tacite de la France – qui a décidé de faire payer au Mali son audace : celle de décider de prendre – advienne que pourra ! – sa liberté de décider avec quel pays, entretenir des relations de partenariat. Avec les conséquences que nous connaissons.
Depuis, la Direction générale des Douanes, seule pourvoyeuse du Trésor public en argent frais, n’a cessé de jouer sa partition, afin de permettre à l’Etat malien de tenir bon ; mais aussi, de respecter ses obligations régaliennes vis à vis de ses citoyens. La suite, on la connaît.
Excepté le mois de janvier 2022, où elle a réalisé 33 milliards de FCFA, la direction générale des Douanes a, jusqu’à ce mois d’avril finissant, versé dans l’escarcelle du Trésor public, pas moins d’une quarantaine de milliards de Francs CFA, pour permettre à L’Etat, de tenir bon, d’une part. Et, d’autre part, lui permettre de faire face à ses obligations.

Le Mali résiste à l’embargo grâce, entre autres, à la Douane

Le mois de Février dernier, la direction générale des Douanes a versé au Trésor public malien 44 milliards de Francs CFA ; en mars dernier, 48 milliards de francs CFA ; et en avril dernier, 42 milliards CFA. Et tout cela, malgré l’embargo de la France. Avec, la complicité tacite de l’UEMOA, une organisation sous régionale africaine, désormais, sous la botte de la France.
Grâce à « l’argent frais de la Douane », et d’autres services, tels que le service des Impôts et autres, le Mali tient bon. Et, c’est peu dire, contrairement à ceux qui pensaient que le pays n’allait pas tenir durant trois semaines sur ses deux jambes. Mieux, certains Maliens ignoraient même qu’il y’avait embargo.
Comme on le voit, la direction générale des Douanes tient une place de choix dans la vie de l’Etat. Et, son directeur général, l’inspecteur général Amadou Konaté, entend faire plus. En temps d’embargo, comme en temps normal, où les recettes de la Douanes pourraient atteindre les 75 milliards de Francs CFA par mois.

Oumar Babi

Source : Canard Déchaine

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.