Développement rural: les paysans expriment leurs soutiens aux ministres

Le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed BOUBACAR, et le secrétaire d’État chargé de l’Aménagement et de l’Équipement rural, Adama SANGARE, ont rendu visite, ce lundi, à l’APCAM. La rencontre s’est déroulée en présence du président, Bakary TOGOLA, et des responsables de tous les secteurs du développement rural.

À l’entame de son mot de bienvenue, le président de l’APCAM a déclaré qu’avec cette première visite consacrée à la maison des paysans, les ministres chargés de l’Agriculture ont démontré leur engagement pour le domaine. Il a rassuré de son soutien et de celui de tous les responsables du monde rural aux nouveaux ministres. Le président de l’APCAM a déclaré qu’aider un ministre relève d’une volonté de soutenir son pays et non une question de personne. Aussi, le monde paysan s’est-il dit prêt à aider toute personne sur laquelle le chef de l’État portera sa confiance.

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’équipement rural, Adama SANGARE, a affirmé que notre pays a d’énormes potentialités dans certaines zones qui sont naturellement favorables à l’agriculture irriguée. Selon lui, il y a lieu de faire des réflexions pour améliorer la production dans les Offices.

« Le premier financier est l’État. Personne ne fera le Mali à notre place. Mobilisons nos ressources et nos énergies internes et les autres nous accompagneront. C’est à nous de définir nos priorités et les partenaires nous accompagneront », a affirmé Adama SANGARE.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed BOUBACAR, dira que la première activité au Mali est l’Agriculture qui occupe 80 % de la population. Le ministre de l’Agriculture a paraphrasé le président IBK qui disait : « je suis convaincu que c’est dans l’agriculture que réside les voies de développement économique du Mali. Le pétrole, l’or, l’uranium ou une autre ressource minière ne sauraient remplacer le bienfait de l’agriculture. L’agriculture est et sera le socle du développement économique du Mali. C’est pourquoi j’ai engagé des moyens financiers importants pour sa promotion ».

Pour lui, le principal défi à relever est de permettre aux paysans de s’auto financer. Il a soutenu qu’il s’agira d’orienter la commercialisation des produits locaux.

Le ministre de l’Agriculture a également évoqué la modernisation qui consistera à produire sur plusieurs saisons et à produire plus sur la même parcelle. Pour ce faire, il a appelé tous les acteurs à se serrer les coudes et à accepter de souffrir quelques jours pour être heureux éternellement après.

« L’agriculture, on le dit souvent, est le moteur du développement. Il faut ajouter désormais que les paysans sont les pistons de ce moteur. Devant les problèmes on va réfléchir ensemble et trouver les solutions. Il s’agit de faire en sorte que les exploitations familiales agricoles sortent de cette situation de production de subsistance pour la production de souveraineté. L’agro-industrie est incontournable pour le développement du paysan », a souligné le ministre Moulaye Ahmed BOUBACAR.

PAR MODIBO KONE

Source: info-matin.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *