Connexion a haut débit: la mutation numérique en route

L’Autorité malienne de régulation des télécommunications/TIC et des Postes (AMRTP), en collaboration avec le ministère de la Communication, de l’économie numérique, a organisé, hier jeudi à l’hôtel Radisson Blu, un atelier sur la mise en œuvre d’une stratégie de Haut débit au Mali pour booster «Mali numérique», et d’analyser la faisabilité de la mutation numérique dans laquelle notre pays est engagé, à travers son projet Mali numérique 2020.

Autorite malienne regulation telecommunications TIC Postes  AMRTP conference connexion haut debit 4g

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le Secrétaire général dudit ministère, Cheick Oumar MAIGA. C’était en présence de plusieurs responsables des opérateurs de télécommunications, des opérateurs de fournisseurs d’internet, des bailleurs de fonds, des cadres des administrations indépendantes du secteur, des consommateurs, etc.
De façon spécifique, le présent atelier vise à sensibiliser l’ensemble des acteurs économiques et sociaux ainsi que ceux du développement de l’enjeu que représente pour le Mali cette mutation sociétale nécessaire pour intégrer la nouvelle société mondiale ; écouter, consulter les attentes des divers composants et acteurs de façon la plus globale que possible tant en termes de service que de qualité; de définir les objectifs réalistes avec des chronogrammes et si possible mettre en place des groupes de travail.
Le directeur général de l’AMRTP, Abdoul Kader KOITE, a rappelé d’entrée de jeu l’importance de la tenue de cette rencontre pour le succès de la mise en œuvre de politique des TIC de notre pays.
Aussi, a-t-il fait savoir, l’initiative, qu’ils ont voulu un cadre de concertation, s’inscrit en droite ligne du «Projet Mali numérique 2020» qui ambitionne de booster le secteur dans le pays d’ici l’horizon 2020. En somme, il s’agit à l’issue des travaux de la journée que tous les acteurs soient au même niveau d’information dans l’exécution de ce projet qui va concourir, à son avis, au renforcement de la large bande.
Pour sa part, le Secrétaire général ajoutera que cette étude pose les jalons du premier axe stratégique sur les 6 contenus dans le document de la stratégie nationale de développement de l’économie numérique intitulée «Plan Mali numérique 2020», adopté par le gouvernement du Mali en fin 2015. Ce plan, dont la mise œuvre est en cours, consacre la généralisation de l’accès aux réseaux et services numériques sur toute l’étendue du territoire national, a noté M. MAIGA.
Pour la mise en chantier de ce projet, a précisé le secrétaire général, c’est un regroupement de cabinets internationaux retenu à l’issue d’un Appel d’offres international, ouvert en juin 2015 qui a conduit le projet en vue de répondre aux préoccupations du gouvernement dans le développement du secteur.
Dans leur contrat, il est défini que le regroupement aura pour missions principales, entre autres, de doter notre pays d’une politique d’aménagement numérique en vue de combler le retard; d’élaborer un plan de couverture à court, moyen et long terme afin d’offrir à l’ensemble de la population malienne l’accès aux services large bande; d’élaborer un cadre légal et règlementaire, adapté à la convergence et au développement de la société de l’information….
Au termes de l’étude, il dit fonder l’espoir que le projet permettra à notre pays d’avoir un état exhaustif des lieux de la situation générale du secteur et plus particulièrement des services de large bande et de la technologie 3G au Mali ; de faire un plan stratégique de développement des services large bande au Mali et l’introduction de la technologie 4G.
Aussi, permettra-t-il aux autorités d’avoir de procédures appropriées de cession de la licence 4G de même qu’un cahier de charges d’établissement et d’exploitation d’une licence 4G ; d’avoir des documents de stratégie de développement du large bande sur la technologie 4G.
Par ailleurs, il a apprécié la décision des autorités de faire des TIC l’un des leviers stratégiques de l’économie nationale puisque, selon lui, la contribution du secteur au développement du pays n’est plus à démontrer.

Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *