Comité exécutif national de l’agriculture: le plan de campagne 2016-2017 approuvé

Les comptes sont bons. Telle pourrait être la principale conclusion de la 6e session du Comité exécutif national de l’agriculture, présidée hier par le Premier ministre Modibo KEITA, consacré à l’examen des questions majeures du développement agricole dans notre pays. La rencontre a été l’occasion pour approuver le plan de campagne agricole agricole 2016-2017.

modibo keita premier ministre conference session Comite executif national agriculture

Le Plan 2016-2017 couvre toutes les activités de développement agricole (agriculture, élevage, pêche et Sécurité alimentaire) et prend en compte les interventions de l’ensemble des structures publiques, des collectivités, de la profession agricole, des partenaires techniques et financiers ainsi que des ONG, selon les différents échelons administratifs. Il intervient dans un contexte marqué par l’avènement de deux départements en charge du monde rural (Agriculture et Élevage), du projet de reconstruction et de relance économique ainsi que de la mise en œuvre des recommandations du COP21.
Voilà pourquoi il a élaboré un plan de campagne harmonisé et consolidé qui repose essentiellement sur la promotion des filières Agricoles et la prise en compte des chaînes de valeurs.
Avant de se projeter dans le futur, le ministre de l’Agriculture a procédé, sous l’œil vigilant du Chef du Gouvernement, à la présentation du bilan de la campagne agricole 2015-2016. De la présentation faite par Kassoum DENON, la campagne agricole passée a été marquée par la poursuite et le renforcement de l’appui à la production de l’État et de ses partenaires dans l’optique de contribuer à l’atteinte des objectifs de sécurité et de souveraineté alimentaire du pays. Cette volonté politique, a-t-il apprécié, a été traduite par l’engagement du chef de l’État, Ibrahim Boubacar KEITA, d’affecter 15 % du budget national au Secteur du développement rural, ainsi que l’extension du volet subvention des intrants aux équipements agricoles en vue de l’amorce et l’intensification de la mécanisation de l’agriculture malienne.
Toutes choses qui ont permis d’enregistrer des résultats encourageants avec à la clé une production céréalière de 8 045 000 tonnes sur une prévision de 8 005 000 tonnes toutes céréales confondues.
Cette production se répartit comme suit : 2.451.321 tonnes de riz sur une prévision de 2 166 830 tonnes (soit 113 % de réalisation) ; 2.092.033 tonnes de maïs sur une prévision de 1 744 026 tonnes (soit 119 % de réalisation) ; 1.997.534 tonnes de mil sur une prévision de 1 715 044 tonnes (116 % de réalisation) ;
1.444.770 tonnes de sorgho sur une prévision de 1 271 880 tonnes (113 % de réalisation) ;
24.256 tonnes de fonio sur une prévision de 37 284 tonnes (65 %) ;
35.756 tonnes de blé/orge sur une prévision de 45 668 tonnes (78 %).
En somme, il s’est dégagé un excédent céréalier de 1 635 000 Tonnes, dont 48 000 tonnes de riz marchand.
La campagne cotonnière a connu le même bond qualitatif avec une production de coton graine estimée à 550.370 tonnes pendant la campagne agricole 2015-2016 contre une production de 548.723 tonnes en 2014-2015. Cependant, ce résultat est en deçà des objectifs fixés qui étaient de l’ordre de 650 000 tonnes.
La campagne agricole s’est aussi caractérisée par les productions de légumineuses alimentaires comme le niébé (186 886 tonnes), l’arachide (421 924 tonnes), le sésame (43 384 tonnes), le soja (5 261 tonnes) et le Voandzou (27 691 tonnes).
Les produits de cueillette ont enregistré des productions intéressantes, ainsi que cela se constate pour le karité (50 700 tonnes), la gomme arabique (7.000 tonnes), le Néré (3 680 tonnes), Jubjube (5 880 tonnes), le Baobab fruit (10 120 tonnes) et le Zaban (15 730 tonnes).
Les comptes d’une campagne agricole intègrent aussi les équipements agricoles. Ainsi, dans le cadre du programme pilote de 1000 tracteurs, 1 467 dossiers ont été reçus, a indiqué le ministre DENON, sur lesquels, 1000 ont été analysés et transmis au pool bancaire. À ce jour, informe-t-il, 123 tracteurs avec accessoires ont été enlevés par les bénéficiaires. Outre les tracteurs, ce sont 821 842 de matériels à traction animale qui ont été placés sur une prévision de 864 200 unités. Sans compter aussi les 13 553 matériels motorisés qui ont été placés auprès des producteurs.
Si la production de viande contrôlée et de lait ont été successivement de l’ordre 65 000 tonnes et de 4 900 tonnes, au cours de la campagne, ce sont environ 5962 vaches qui ont été inséminées sur une prévision de 10.000 dans le cadre du programme d’insémination artificielle soutenu par le Royaume chérifien, le Maroc.
L’objectif de production céréalière brute pour la campagne 2016-2017 est de 8,8 millions de tonnes. Le riz et le maïs représentent 60 % de la production totale céréalière attendue.
Les besoins de consommation du pays en céréales sont estimés à 3,9 millions tonnes pour une production nette attendue de 7 millions de tonnes, ce qui dégage un excédent commercialisable de 3 millions de tonnes. Cet excédent se répartit en 525 000 tonnes de riz et 2,475 millions de tonnes de céréales sèches.
L’objectif de production globale de coton graine est de 650.000 tonnes.
Le coût total des activités, à réaliser au titre de la campagne 2016-2017, est estimé à 201,114 milliards FCFA. Ce coût se répartit en contribution de l’État, soit 42,158 milliards (dont 36,113 milliards de FCFA environ à investir pour les intrants de productions végétales et d’élevage/pêche, 6,045 milliards dans la subvention), et en parts des producteurs, soit 70, 073 milliards de FCFA.
Après avoir tiré tous les enseignements, identifier les facteurs de réussite afin que les engagements pour la campagne à venir soient fondés sur les paramètres objectifs, ambitieux et réalistes, le Premier ministre a invité les membres du Comité à travailler pour rendre opérationnelles les conclusions du Conseil supérieur de l’Agriculture tenu sous la haute présidence du Chef de l’État.
Cadre privilégié d’échanges sur les politiques, les stratégies et programmes de développement agricole, il a exhorté le comité à traduire dans les faits la volonté politique du Président de la République d’assurer le bonheur et la dignité des exploitants agricoles notre pays.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *