Chambre des mines du Mali: Les comptes saisis par Cira-SAS

Pendant que son mandat a expiré depuis 5 ans, le président de la Chambre des Mines du Mali, Abdoulaye Pona est accusé d’avoir pris de l’argent dans la caisse de la CMM pour une étude de faisabilité en faveur de sa société Rail-net et financer un voyage avec des partenaires de Rail-net à hauteur de plusieurs dizaines de millions F CFA. Pour n’avoir pas pu payer les 78 millions de F CFA, Cira-SAS a saisi le 20 mai 2022 les comptes de la CMM.

Rien ne va plus entre le syndicat de la Chambre des Mines du Mali (CMM) et leur président, Abdoulaye Pona. Le syndicat a démasqué ses pratiques malsaines et mafieuses.

La société Cira-Mali a été sollicitée par « Rail-net » appartenant à Abdoulaye Pona pour faire des études de faisabilité au profit de la Chambre des Mines du Mali. Cette étude qui s’est déroulée en 2019, a porté sur des études de construction de rails entre Bamako et Kidal. L’argent débloqué à cet effet s’élève à 78 millions de F CFA. Le hic dans cette affaire, est que le président de la CMM a pris la lourde responsabilité de financer cette étude au profit de sa propre société (Rail-net) avec l’argent de la Chambre des Mines. Cette étude a été faite sans l’avale de l’Assemblée consulaire encore moins validée par aucun bureau de la Chambre des Mines. La convention a été signée entre le président de la CMM à travers Rail-net dont il est l’actionnaire majoritaire et Cira-Mali-SAS. En d’autre terme, c’est un projet purement personnel que M. Pona a entrepris avec de l’argent public.

Pour n’avoir pas honoré les termes du contrat de l’étude de faisabilité, la BIM a envoyé une correspondance le 20 mai 2022 à la CMM où elle informe avoir reçu une saisie attribution de créances de 82  047 599 F CFA de Mes Bamory Kané et Madina Sanogo, huissiers de justice. La banque, conformément  aux textes en vigueur, a procédé au blocage de 21 306 753 de F CFA sur le compte en attendant  le dénouement de la procédure.

Ce même jour, le comité syndical de la CMM, à travers son secrétaire général par intérim, après une réunion extraordinaire, a envoyé une correspondance à Mamadou N. Diallo, trésorier général adjoint du bureau national de la Chambre des Mines du Mali, en sa qualité de membre du bureau national de la CMM, de prendre toutes les dispositions utiles en vue d’une levée rapide de cette saisie qui entrave le fonctionnement de la structure.

Le président de la CMM n’est pas à son premier coup  dans le gaspillage des sous de la Chambre des Mines, qui souffre déjà de graves problèmes financiers. Toujours en 2019, selon nos informations, avec des partenaires de sa société Rail-Net, il a effectué des missions à l’étranger à hauteur de 36 millions de F CFA. Le budget de la mission a été défalqué des comptes de la CMM. Mali Tribune est plusieurs fois revenu sur ces scandales dans différentes parutions.

Ayant eu vent de la pratique, le comité syndical s’est opposé au paiement de la facture de Cira-Mali donnant raison à l’agent comptable de l’époque, M. Denon qui avait trouvé illégal le paiement de la facture. C’est après le départ de ce dernier, et l’arrivée d’un nouveau agent comptable il y a six mois que la société Rail-net a mis la pression pour que la facture soit épongée.

Face à cette volonté manifeste de gaspiller l’argent de la CMM au profit en réalité de Rail-Net, le syndicat a dénoncé cette délinquance financière de M. Pona et a officiellement saisi tous les membres du bureau régional, national de la CMM.

Ces affaires qui ne sont que la face visible de l’iceberg interviennent au moment où le mandat du président Pona a expiré depuis 5 ans. A la CMM, l’on ne comprend pas pourquoi le département de tutelle, c’est-à-dire le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau n’organise pas le renouvellement du bureau ? Où c’est cette situation d’illégalité qui plait au département des Mines ? A quelle fin ?

Dans les parutions à venir, nous allons revenir sur les accointances entre le président du bureau sortant et certains membres du département des Mines.

Le personnel de la CMM demande une vérification de leurs comptes par les  structures de contrôle des services publics notamment par le Vérificateur général

A suivre !

Abdrahamane Dicko

Source: Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.