Campagne de vaccination 2020/2021 du cheptel national : 63 585 400 animaux à vacciner

Pour la campagne de vaccination 2020-2021 du cheptel national, les projections sont de l’ordre de   63 585 400 animaux à vacciner toutes maladies confondues contre 59 600 800 têtes en 2019-2020, soit un taux de progression de près de 8,02%.

 

Le monde rural occupe une place de choix dans l’économie nationale et permettre son développement et sa quiétude est une des priorités du Gouvernement. Si le Gouvernement, sous la conduite du Chef de l’Etat, attache une grande importance au monde rural qui représente 13,6% de notre produit intérieur brut, il n’en demeure pas moins son ambition est de faire de l’élevage un des leviers de la croissance économique de notre pays.

C’est dans ce cadre que le dimanche 24 janvier 2021 à Kati Drall, le Premier ministre, Moctar Ouane a lancé au nom du Président de la Transition, Bah N’Daw, l’édition 2020-2021 de la campagne de vaccination du cheptel, dont l’objectif est de « renforcer la protection sanitaire et le contrôle des maladies en raison de l’importance du cheptel et de l’élevage de notre pays ».

En effet, ce lancement consacre chaque année, le démarrage d’une série d’activités qui seront menées par des agents tant du secteur privé que du secteur public, sur toute l’étendue du territoire.

Résultats de la campagne écoulée

Selon le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mahmoud,  «les projections pour cette campagne de vaccination sont de l’ordre de   63 585 400 animaux à vacciner toutes maladies confondues contre        59 600 800 têtes en 2019-2020 soit un taux de progression de près de 8,02% ». Elle concerne plusieurs maladies animales, dont les principales sont  la péripneumonie contagieuse bovine, la fièvre aphteuse, la peste des petits ruminants, la pasteurellose bovine, la pasteurellose ovine, la pasteurellose caprine, le charbon symptomatique, le charbon bactéridien et la maladie de Newcastle.

« Ces projections ont été faites en tenant compte de l’engagement du Mali à s’inscrire dans le processus sous régional d’éradication de la Peste des petits ruminants à l’horizon 2030 et de contrôle progressif de la Péripneumonie contagieuse bovine à l’horizon 2025 », a précisé le ministre Mahmoud.

Aux dires du ministre, la part du secteur privé dans ces réalisations a été prépondérante soit environ 35% des effectifs vaccinés contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) et près de 65% des effectifs vaccinés contre la Péripneumonie Contagieuse Bovine (PPCB). Ainsi, des efforts importants ont été aussi enregistrés dans le cadre de la lutte contre l’exercice illicite de la pharmacie et de la profession vétérinaires et en matière de santé publique vétérinaire.

« Grâce aux vaccinations et à la surveillance épidémiologique permanente, nous avons enregistré une progression sensible du taux de couverture vaccinale. Ce qui a permis d’améliorer considérablement la situation sanitaire du cheptel au cours de la campagne écoulée », a affirmé le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

En ce qui concerne la péripneumonie contagieuse bovine, maladie à laquelle le cheptel malien continue de payer un lourd tribut dans certaines zones d’élevage, le taux de couverture vaccinale a progressé de 69,30% à 80,72 % au cours de la campagne écoulée.

Activités essentielles

« La surveillance épidémiologique des maladies transfrontalières, notamment la grippe aviaire et la fièvre de la vallée du Rift sera accrue dans le cadre du concept : Une seule santé », a promis le ministre Mohamed Ould Mahmoud.

Le chef du département a martelé que l’atteinte des objectifs de la campagne dépend en grande partie de la mobilisation des éleveurs qu’il a exhorté tous ainsi que l’ensemble des professionnels de l’élevage à faire vacciner massivement les animaux conformément à la réglementation en vigueur. Pour cela, tous les Gouverneurs, Préfets, Sous-Préfets, Maires, élus locaux et leaders d’opinion devront « inscrire en bonne place la protection vaccinale de notre cheptel national dans leurs programmes de sensibilisation et objectifs économiques prioritaires ».

A en croire le ministre, « un accent particulier est mis sur la protection sanitaire et la surveillance épidémiologique assurées par les vétérinaires privés mandataires et aussi sur l’offre de médicaments et de vaccins notamment ceux produits par notre Laboratoire Central Vétérinaire ». Sans oublier d’autres mesures parmi lesquelles la « réglementation relative au contrôle des denrées alimentaires d’origine animale et le contrôle des aliments pour bétail ainsi que le renforcement de l’inspection sanitaire avant abattage des animaux de boucherie ».

« Toutes ces dispositions devront renforcer la protection sanitaire de nos animaux, pour fournir aux consommateurs des produits animaux sains exempts de tout risque de contamination et par conséquent de renforcer la santé publique dans notre pays », a élucidé le ministre de l’Agriculture.

Pour la campagne de vaccination 2020-2021, en plus des agents du secteur public, 162 vétérinaires privés titulaires du mandat sanitaire et leurs personnels participeront aux activités de vaccination. Ce qui va améliorer sensiblement l’état sanitaire de nos animaux. Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche compte sur l’engagement des éleveurs, des autorités administratives, coutumières et politiques ainsi que de l’ensemble des acteurs du secteur de l’élevage pour faire de la Campagne de vaccination 2020 – 2021 du cheptel national un véritable succès.

« L’élevage est pilier important de notre économie, que nous devons préserver, encourager et soutenir », a déclaré pour sa part le Premier ministre Moctar Ouane. Il a appelé les éleveurs à nouer davantage de collaboration avec les services en charge du secteur pour préserver le cheptel malien, qui occupe d’ailleurs la première place de l’espace UEMOA et la deuxième au niveau de la CEDEAO.

« Notre ambition est de hisser l’élevage malien au premier rang à l’échelle continentale », a insisté le Chef du Gouvernement.

Après avoir inoculé la première dose de vaccin qui donne le top départ de la campagne, le Premier ministre Moctar Ouane a remis des kits sanitaires aux éleveurs.

Rappelons qu’atour du Premier ministre Moctar Ouane et du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mahmoud, on notait la présence de certains membres du Gouvernement, des présidents des Institutions de la République, président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali, membres du Comité National de la Transition, le Gouverneur de la Région de Koulikoro, le Doyen du Corps diplomatique, des Représentants du Corps diplomatique et des Organisations Internationales accréditées au Mali, des Représentants des Partenaires Techniques et Financiers, le Préfet du cercle de Kati, le Président du Conseil de cercle de Kati, le Maire de la commune rurale de Kambila, le Président du Conseil Supérieur de l’Ordre de la Profession Vétérinaire, des Directeurs Nationaux, Chefs de Services Régionaux et locaux, Chefs de Projets du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, et des présidents des Organisations socioprofessionnelles du sous-secteur Elevage.

Cyril Adohoun, envoyé à Kambila

Source : L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.