Campagne agricole 2019/2020 : OBJECTIF 11 MILLIONS DE TONNES DE CÉRÉALES

La 9è session du Comité exécutif national de l’agriculture (CENA) s’est tenue vendredi dernier à la Primature sous la direction du Dr Boubou Cissé, Premier ministre

Cette rencontre, cadre privilégié d’échanges sur les politiques, les stratégies et programmes de développement agricole, entre autres, a regroupé aussi bien les départements impliqués dans la gestion du développement agricole que les représentants de la profession agricole.
Outre des échanges sur les résultats issus de la mise en œuvre des politiques, stratégies et programmes de développement agricole, le CENA a également approuvé le bilan de la mise en œuvre du plan de campagne agricole 2018/2019 ainsi que le Plan de campagne agricole harmonisé et consolidé 2019/2020 et les projections de 2020 et 2021. Avec une production céréalière record de 10.159.539 tonnes de céréales (au titre de la campagne 2018-2019), notre pays, selon Dr Boubou Cissé, vient de relever un défi majeur ; à savoir : celui des 10 millions de tonnes de céréales prévues par l’Initiative riz en 2008.
En plus de ce résultat satisfaisant, les réalisations au cours de ladite campagne ont, selon lui, porté sur 656.548 tonnes de coton graine ; 67.579 tonnes de viande rouge ; 6.746,38 litres de lait. Quant aux vaches, les chiffres s’élèvent respectivement à 15.174, alors qu’on enregistre pour la même campagne 42.210.076 têtes d’animaux vaccinés.
Pour le Premier ministre, cette session participe de la préparation du Conseil supérieur de l’agriculture (CSA) qui est le cadre de suivi et d’évaluation de notre politique de développement agricole, présidé par le président de la République. La tenue du CENA, selon lui, est une exigence de la Loi d’orientation agricole, adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée par le président de la République le 5 septembre 2006. Le chef du gouvernement a rappelé certaines recommandations importantes faites au cours de la dernière session du Conseil supérieur de l’agriculture délocalisée à Ségou le 23 avril 2018. Il s’agit, entre autres, de l’accélération du rythme des aménagements hydro-agricoles qui devraient atteindre les 100.000 ha à l’horizon 2018, l’élargissement de la gamme de matériels agricoles à d’autres types d’équipements afin de prendre en compte les besoins des petites exploitations agricoles. La rationalisation du processus de subvention des intrants et des équipements agricoles au titre de la campagne agricole 2018-2019 et l’opérationnalisation du Plan national d’investissement dans le secteur agricole (PNISA 2015-2025) sont aussi au nombre de ces recommandations.

DISTRIBUTION ÉLECTRONIQUE – Par rapport au Programme gouvernemental d’aménagement, les objectifs, selon Dr Boubou Cissé, sont réalisés à hauteur de 72,68%. A propos de la subvention des engrais, il a rappelé l’initiation d’un nouveau mécanisme de distribution basé sur les commissions locales de réception et de distribution des engrais, ainsi que le test de distribution électronique des engrais qui s’est poursuivi dans quatre cercles avec des perspectives d’extension sur deux nouveaux cercles en 2019.
Pour le chef du gouvernement, ces résultats encourageants ont été obtenus grâce à la synergie d’actions de tous les acteurs concernés ; à savoir : les producteurs, les services techniques d’encadrement, les partenaires techniques et financiers et l’Etat. Avant de remercier les membres du CENA pour leur présence effective, Dr Boubou Cissé les a exhortés à avoir toujours à l’esprit et traduire davantage en actes, les instructions du président de la République qui visent à moderniser le secteur agricole en vue d’assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire au Mali.
Au sortir des travaux du CENA qui se sont déroulés à huis clos, le ministre de l’Agriculture Moulaye Ahmed Boubacar est revenu sur l’évènement dans une interview accordée à la presse. «Nous avons fait le point de la campagne 2018-2019 qui a été, Dieu merci, intéressante ; avec des résultats intéressants. Nous avons fait également des projections sur 2019, 2020 et 2021. Nous avons tenu compte du système de budget programme pour qu’on puisse s’étaler sur les 2 et 3 ans à venir. Je crois que tout ce que nous avons fait comme projection ne sont pas au-delà de nos possibilités», a indiqué le ministre de l’Agriculture. Selon lui, les producteurs comme les services techniques sont bien engagés dans la vision des plus hautes autorités du pays.
«Les dossiers ont été vus et analysés de très près. De bonnes conclusions et recommandations en sont sorties. Ce comité exécutif a adopté les deux différents bilans et projections que nous avons présentés. En matière de céréales, vous savez que la campagne passée nous étions aux alentours de 10 millions de tonnes. Nous avons des projections de 11 millions de tonnes. Nous pensons y arriver, ça ne dépasse pas nos capacités», a expliqué Moulaye Ahmed Boubacar. Pour qui il faut saluer les actions de subvention de l’Etat, l’accompagnement de l’Etat, celui des services techniques qui ne feront pas défaut. «En termes de coton, on a fait un programme triennal et nous sommes sur une production de un million de tonnes d’ici 2021. Rien ne nous empêcherait de produire un million de tonnes en 2019, si la nature nous gratifie de bonnes pluies et si toutes les mesures d’accompagnement étaient mises en place», dira-t-il avant d’inviter les producteurs à la persévérance.

Khalifa DIAKITé

 

Source: L’Essor- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *