Bandiagara : Les activités socio-économiques tournent au ralenti

Bandiagara, 22 juillet (AMAP) La crise sécuritaire, dans le Centre du Mali a ralenti voire freiné les activités socio-économiques qui tournent autour de l’agriculture, l’élevage, le tourisme, l’artisanat et le commerce. En dépit de cette crise, les populations s’adaptent au contexte et continuent leur petit bonhomme de chemin.

C’est ainsi que les lundi et vendredi sont les jours de foire de la ville de Bandiagara, dont le baromètre est la fréquentation et le niveau d’affluence sur le marché de la ville. Les populations, tant bien que mal, essaient d’écouler leur produit pour subvenir à leurs besoins. Et cela malgré l’insécurité ambiante.

Antandou Nantoumé est venu à la foire du lundi 20 juillet 2020, pour vendeur des petits ruminants. Pour lui, on ne doit pas s’asseoir et croiser les bras, sous le prétexte de l’insécurité. « Il faut garder son sang-froid pour mener ses activités », dit-il. « A l’approche de la fête de Tabaski, je viens à la foire pour proposer à la vente mes animaux, Dieu merci, tout va bien. Les clients sont satisfaits et je m’en sort », affirme-t-il.

Pour Mme Ouologuem Aissa, vendeuse légumes, « contrairement aux mois précédents, à l’approche de la fête, nos produits s’écoulent plus vite. La difficulté que nous avons, c’est l’insécurité grandissante qui ne nous permet pas de circuler librement ».

Au cours de notre promenade dans le marché de Bandiagara, nous avons fait un tour à la boucherie. Sur place, un jeune boucher pense qu’ « aujourd’hui, il est temps que l’Etat considère le cas du pays dogon dont les populations souffrent énormément à cause du conflit ». « Il est même difficile de trouver des animaux », en dépit des efforts des forces de sécurité et des groupes d’autodéfense.

OG/MD (AMAP)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *