ASSISES POUR LA RELANCE DE LA CULTURE COTONNIÈRE / LES ARRIÉRÉS DE SUBVENTIONS DES INTRANTS D’ENVIRON 80 MILLIARDS DE FCFA ÉPONGÉS

Les rideaux sont tombés hier sur les travaux des Assises Nationales sur le Coton. Les travaux qui ont réuni pendant une semaine les représentants de l’État, les partenaires Techniques et Financiers ainsi que les producteurs ont été sanctionnés par des recommandations dont le Gouvernement donne l’assurance qu’elles seront prises en compte.

D’ores et déjà, le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, M. Mahmoud Ould Mohamed, s’est félicité de l’acte posé par le Gouvernement à travers l’apurement des arriérés des subventions pour près de 80 milliards FCFA.

À noter que la dynamique partagée entre les producteurs et le Gouvernement vise à atteindre la production d’un million de tonne de coton dans un bref délai.

Placée sous la conduite du Premier ministre, Moctar OUANE, la cérémonie de clôture a été l’occasion pour le ministre de l’Agriculture, M. Mahmoud Ould Mohamed d’évoquer l’importance de ces Assises.

Selon lui,  «  l’organisation des assises nationales sur le coton,  s’inscrit en droite ligne de l’axe 2 du Programme d’Actions du Gouvernement de transition (PAG), à savoir la promotion de la bonne gouvernance’’.

Aussi juge-t-il important de rappeler que ‘la filière coton qui est la colonne vertébrale de notre économie, fait face à des crises récurrentes qui nécessitent des mesures appropriées pour sauver la filière des menaces qui peuvent compromettre son développement durable’’.

C’est ainsi que les travaux ont nécessité ‘‘l’implication de tous les acteurs concernés à travers les ateliers de réflexion tenus au niveau régional et national avec l’appui des experts de la filière coton’’.

Pour le ministre, l’originalité de ces assises réside surtout dans ‘‘l’inclusivité dans la démarche qui a consisté à faire remonter les propositions de solutions de sorties de crises de la base au sommet’’.

Les travaux d’une manière générale à en croire le ministre ont permis ‘‘de contribuer à la relance de la culture du coton au Mali, en vue de la rendre plus résiliente, compétitive et durable’’.

M. Mahmoud Ould Mohamed de souligner que ‘‘le coton malien peut et doit reconquérir sa place de leader au (…)

Mahamane TOURÉ

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.