Annulation des permis et titres miniers : Le président de la Chambre accuse le ministre Boubou Cissé

Le Président de la Chambre des Mines du Mali, Monsieur Abdoulaye PONA, n’est pas content des déclarations émanant du cabinet du Ministre Boubou Cissé en charge des Mines. Et il l’a fait savoir dans ce droit de réponse consécutif à notre livraison du … sous le titre : «Annulation de 130 permis de recherche et d’exploitation : la réaction du Ministère consécutive aux déclarations du Président de la Chambre des Mines». Voici le sa réaction.

 Boubou Cisse ministre industrie mine

Nous tenons cependant à souligner que c’est suite à notre demande expresse que le chargé de communication du Ministère des mines a réagi à travers l’article incriminé.

 

Droit de réponse du président Abdoulaye Pona aux allégations du ministère des mines

Le ton est donc à I ‘invective, à la provocation et mieux, à la dénégation dans votre journal, pour lequel nous avons beaucoup de respect et d’estime, bien que c’est chez vous que le Ministère des Mines a cru devoir, très maladroitement, réagir à mes propos pourtant précis et concis tenus le 06 août 2014 chez un de vos confrères, consécutivement à l’annulation annoncée de quelques 130 titres miniers.

Dans un élan de franchise et de courtoisie dans la collaboration avec notre Département, nous exprimions dès le 06 août, lendemain de I ‘annonce desdites annulations, notre souhait et notre empressement de pouvoir rencontrer monsieur le Ministre des Mines.

Et, alors que nous frappions à sa porte depuis plusieurs jours, I ‘invitant à un échange républicain sur un sujet de portée nationale, le voilà qui choisit d’aller par voie de Presse parler d’une décision d’annulation de titres miniers qui, selon son cabinet, il n’aurait à ce jour signée en tout cas pas notifiée aux acteurs miniers concernés.

Nous prenons les Maliens à témoins de cette gestion du département des Mines par coups d’effet d’annonce, de communiqué de presse et de réactions à des propos d’un Président de la Chambre des Mines dont le crime de lèse majesté aurait été d’avoir dit tout haut ce que les opérateurs miniers maliens pensent tout bas.

ll faut certainement avoir une arrière pensée avérée pour adresser une réaction primaire à une analyse pourtant claire à travers laquelle nous concédions au Ministère des Mines I ‘entièreté de son droit voire de son obligation de faire appliquer la réglementation minière au Mali.

Mais malgré tout, qu’il y a lieu d’expliquer à ceux qui veulent comprendre que la Chambre des Mines du Mali n’est pas un service rattaché du Département des Mines et la tutelle dont elle est l’objet n’est nullement une tutelle administrative mais plutôt une tutelle de contrôle.

La Chambre des Mines du Mali a été créée par la Loi comme un Etablissement public à caractère professionnel doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

Au demeurant, l’Article 2 de la Loi n »04-006 du 14 juin 2004 portant création de la Chambre des Mines du Mali stipule bien en son aliéna 3 que la Chambre est chargée de «donner son avis à la demande des pouvoirs publics ou fournir des suggestions à sa propre initiative sur toutes questions relatives au secteur minier».

Le Ministre des Mines, docteur Boubou Cissé aurait donc été mieux avisé de requérir I ‘avis des professionnels avant de prendre une décision aussi importante qui frise I ‘exclusion des opérateurs miniers nationaux de l’animation d’un secteur qu’ils ont pourtant contribué à hisser au rang de premier contributeur au financement de l’économie nationale. Exclusion au profit de qui ? On le saura certainement bientôt !

Bamako, le 10 août 2014

 

Le Président de la Chambre des Mines du Mali

Monsieur Abdoulaye PONA

 

SOURCE: La Sentinelle  du   22 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.