Anarchie dans le secteur de l’orpaillage : Le Mali perd 4 milliards de francs CFA par an, selon le président de l’Ucrom

Classé comme 3ème producteur d’or en Afrique, le secteur de l’or du Mali sombre de plus en plus dans une anarchie totale.  Avec des milliers d’acheteurs indépendants qui font la navette entre les sites miniers, Bamako et parfois l’étranger, seulement 1% de ces acheteurs paie régulièrement les impôts à l’Etat malien, selon Karamogo Doumbia, président de l’Ucrom.

Selon Karamogo Doumbia, président de l’Union des comptoirs et raffineries d’or du Mali (Ucrom), le Mali perd 4 milliards de francs CFA. Cette situation est due à l’anarchie commerciale dans le secteur de l’orpaillage

Si l’anarchie favorise l’amalgame, elle peut aussi bien être synonyme d’apatridie. C’est évident que le secteur de l’orpaillage constitue l’un des socles économiques et florissants, mais au regard des contours de ce milieu, la situation laisse à désirer en raison de sa mauvaise gestion.  Aux dires du président de l’Union des comptoirs et raffineries d’or du Mali, il est temps de régulariser le secteur artisanal de vente d’or. Selon lui,  ils sont nombreux les acheteurs de l’or n’ayant aucun document légal qui certifie leur profession, une situation qui ne profite guère à l’Etat.

Pour lui, la mise en place des comptoirs et raffineries d’or représente une chance pour les vendeurs d’or non seulement d’être régularisés, mais aussi de pouvoir exercer dans le plus grand professionnalisme. Conscient de l’évolution et la réalité, le président n’hésitera pas à ajouter qu’au fur et à mesure que les choses avancent, il ne sera plus possible d’exercer ce commerce sans documents valables. Raison de plus pour les intervenants dans ledit secteur de se mettre à jour afin d’éviter toute frustrations dans les jours à venir, a t-il poursuivi.

Dans cette dynamique, il a par ailleurs souligné la mauvaise foi de plusieurs de ces commerçants d’or qui préfèrent évoluer dans cette anarchie, malgré 4 années de sensibilisation.

Aux dires du responsable de l’Ucrom, après les états généraux tenus en 2017 au Palais de la culture, plusieurs messages de sensibilisation et d’information ont été véhiculés à l’endroit de tous les commerçants du Mali. Et conformément au respect des textes du pays, le président n’a pas hésité à lever le voile en affirmant qu’ils sont nombreux ces vendeurs d’or qui s’enrichissent sans payer le moindre centime à l’Etat, soit un taux de 1%. Cette anomalie qui a trop duré fait perdre à l’Etat la somme colossale de 4 milliards chaque année, a mentionné le président de l’Ucrom.

Cette pratique mafieuse doit désormais prendre fin, car elle serait également l’une des sources d’infiltration et de vente de la drogue au Mali, a affirmé M. Doumbia.

Adama TRAORE

La Preuve

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.