Affaire viande : le ministre ‘’Empé’’ décide d’imposer le prix !

Il avait menacé de sévir contre bouchers et chevillards à propos des prix de la viande à Bamako. Eh bien, il a décidé de passer à l’action. Il, c’est le ministre de l’Industrie et du Commerce, Abdoul Karim Konaté dit Empé. Suite à une réunion tenue aujourd’hui même à la Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC), les acteurs ont convenu des mesures qui s’imposent.

abdel karim konate ministre commerce industrie adema

Ainsi, dès ce soir à 22h, des équipes de contrôle seront envoyées dans les abattoirs de Bamako pour imposer aux grossistes les prix qui ont été convenus avec le département.

Il faut préciser que pour permettre aux populations de la capitale de passer un bon mois de Ramadan, le gouvernement a octroyé un fonds de garantie aux coopératives des bouchers de l’ordre de 200 millions FCFA. Cet effort financier devrait permettre aux consommateurs de Bamako d’acheter la viande avec os à 2000 FCFA et la viande sans os à 2300 FCFA maximum.

Malheureusement, ce qui a été convenu, n’est pas ce qui est pratiqué dans nos marchés. Les bouchers foulent aux pieds les mesures convenues. Les différents appels au respect des engagements du ministre n’ont rien pu.

D’où la décision d’envoyer des équipes de contrôle dans les abattoirs de Bamako pour contraindre les grossistes à vendre aux bouchers à 1900 FCFA/Kg la viande avec os et 2200 FCFA/Kg la viande sans os. Encore que pas plus tard qu’hier soir, le gouvernement a décidé de renoncer aux frais d’abattage qui s’élèvent à 5000 FCFA par bœuf. Autant de bonne foi du gouvernement qui est malheureusement trahie par les bouchers.

Les équipes de contrôle vont aussi vérifier les patentes des bouchers, et ceux qui ne sont pas en règle seront privés de viande parce qu’il sera interdit aux agents vétérinaires d’inspecter leur viande. Une fois la viande cédée aux bouchers à ses prix, ceux-ci doivent impérativement la revendre aux consommateurs à 2000 FCFA/Kg la viande avec os et 2300 FCFA/Kg la viande sans os.

Pour ce faire, d’autres équipes seront envoyées dans toutes les communes de Bamako demain lundi pour s’assurer du respect de ces prix. Il y aura deux équipes par commune lesquelles vont sillonner les marchés. Ces équipes seront accompagnées de policiers et toute viande non inspectée par les services vétérinaires sera automatiquement saisie. C’est dire qu’après la période de la carotte, c’est maintenant le temps du bâton.

 

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *