Activités aéronautiques nationales du Mali 2017 : Un budget d’investissement de plus de 2 milliards de FCFA

Le budget d’investissement 2017, des activités aéronautiques nationales du Mali est arrêté à la somme de 2.707.70.56 FCFA, contre 3.478.140334 FCFA en 2016.

ibrahim-boubacar-keita-ibk-president-malien-mohamed-moussa-directeur-general-asecna

L’information émane du représentant du Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ASECNA), Yéna Rassemngar. C’était le vendredi 23 décembre dernier, dans la salle de conférence de la DFM du ministère de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, lors de la tenue de la 27ème session du Comité de gestion des activités aéronautiques nationales du Mali. L’ouverture des travaux était présidée par la ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Traoré Seynabou Diop.

Le représentant du Directeur général de l’ASECNA a noté deux points essentiels sur les sept qui composent l’ordre du jour, à savoir : l’adoption des états financiers de l’exercice clos au 31 décembre 2015 et le budget de fonctionnement et d’investissement 2017.

Arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 5.699.048.000 de FCFA le budget de fonctionnement a connu une baisse de 6,5% par rapport à celui de 2016, a révélé M. Yéna Rassemngar.

Ce budget s’il était adopté, va s’exécuter dans un environnement difficile, caractérisé par une croissance timide du trafic commercial causée par la crise que notre pays a connue en 2012, la nécessité de fonctionnement d’une partie du PQSE 2015-2019 et un montant d’environ 65 milliards de FCFA (pour le fonctionnement). Une nécessité de financement d’un plan de formation dont le montant au titre de l’année 2017, s’élève à 209.157.290 de FCFA ( pour la formation des cadres maliens à relever le défi de l’aéronautique du Mali). Les ambitions de la délégation de l’ASECNA sont grandes, mais pas insurmontables, a confié le représentant du Directeur général de l’ASECNA.

La présente session budgétaire des activités aéronautiques nationales du Mali se tient à la veille ‘un événement majeur que notre pays s’apprête à abriter, a estimé pour sa part la ministre Traoré Seynabou Diop. Il s’agit de la tenue du sommet Afrique-France prévu en janvier 2017 à Bamako.

Compte tenu des contraintes et difficultés actuelles d’exploitation sur certains sites et de l’engagement du Gouvernement, à faire reprendre les activités au nord du pays, elle a invité les participants à réfléchir au mécanisme de financement des investissements prioritaires à extraire du plan Quinquennal de Services et Equipements PQSE adopté par la Résolution N0.2014 CG 21-05 du 12 février 2014. La réalisation desdits investissements est indispensable pour la mise en place des outils d’exploitation sur les sites du nord, en particulier, Tombouctou qui demeure une préoccupation majeure pour l’Etat.

La connexion de l’Aéroport de Sikasso au réseau EDM, le renouvellement du VRDME de Sikasso, le rehaussement du niveau de production incendie de l’aéroport de Kayes et d’autres investissements coté piste à l’aéroport international Président Modibo Keita-Sénou dans le cadre de sa certification, autant des projets inscrits dans le plan, constituent, entre autres, des motifs pour lesquels une attention particulière doit être accordée au PQSE, même si ce plan doit être redimensionné.

La ministre a également invité les membres dudit Comité à réfléchir et proposer des solutions concrètes en vue de la mobilisation des ressources pour l’exécution progressive et par ordre des priorités des investissements sus évoqués. Ces ressources doivent être gérées de façon transparente, car toute dépense doit être exécutée selon les règles de l’orthodoxie financière, a insisté Traoré Seynabou Diop.

Adama BAMBA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.