9è Journée des banques et établissements financiers du Mali : La résilience du secteur face à la crise multidimensionnelle saluée !

Le Centre international de conférences de Bamako a servi de cadre, jeudi 12 décembre 2019, à la 9è édition de la Journée des banques et établissements financiers du Mali. Lors de la cérémonie d’ouverture présidée par le ministre délégué auprès du Premier ministre chargée du Budget, Mme Barry Hawa Sylla, le président de l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (APBEF), M. Bréhima Amadou Haïdara, a déclaré que le secteur bancaire se porte bien après avoir démontré une grande résilience face aux nombreuses crises secouant notre pays ces dernières années : sécuritaire, économique et financière.

C’était en présence des Directeurs de banques, de l’invité spécial de l’édition, Mamadou Minkoro Traoré, président de l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM), de plusieurs es opérateurs économiques et étudiants.

Le président de l’APBEF, Bréhima Amadou Haïdara, a indiqué que malgré le contexte difficile sur le plan sécuritaire tant pour le Mali que dans l’espace sahel, il n’y a point de doute que le secteur financier malien connait une évolution très positive depuis plusieurs années. A l’en croire, le secteur bancaire joue et continuera de jouer un rôle majeur dans le financement de l’activité économique du pays. ‘’Aujourd’hui, le secteur se porte bien après avoir démontré une grande résilience face aux nombreuses crises -sécuritaire, économique et financière – de ces dernières années. Il a pu maintenir une croissance continue du produit net bancaire malgré la crise politico-sécuritaire qu’a connu le Mali depuis 2012. Pour preuve, les crédits à la clientèle des banques maliennes ont une croissance de 9% en 2019 en s’établissant à 2.532 milliards FCFA par rapport à 2018. Quant aux ressources clientèles, elles ressortent à 2.771 milliards FCFA en augmentation de 9,1% par rapport à 2018 ‘’, a commenté le président de l’APBEF.
Parlant du thème ‘’La révolution digitale : quels enjeux pour les banques’’ M. Haïdara a expliqué que l’exercice de l’activité bancaire a connu de profondes mutations à travers la digitalisation. ‘’La banque en ligne, par le biais de sites internet et des applications mobiles, a pris une place considérable dans la vie de millions de personnes ‘’ reconnait-il avant d’ajouter que cette transformation digitale a eu malheureusement pour corollaire la naissance et la multiplication des attaques informatiques contre les banques.
Pour endiguer cette faille dans le système de sécurité, poursuit le président de l’APBEF, il urge de réfléchir ensemble et d’agir ensemble. « En choisissant donc ce thème, la profession bancaire ambitionne d’informer l’opinion publique sur les dégâts que causent les attaques cybercriminelles ; analyser ce nouveau contexte et d’aborder les évolutions technologiques et méthodologiques indispensables pour transformer la banque d’aujourd’hui en banque de demain. Cela est un impératif, vu la place des institutions de crédit dans la mobilisation des ressources pour accompagner le financement de l’Etat dans la réalisation des projets porteurs de croissance, mais aussi dans le financement des entreprises de créations d’emplois », a conclu Bréhima Amadou Haïdara.
Au nom des artisans du Mali, l’invité spécial de l’édition, Mamadou Minkoro Traoré, président de l’APCMM, a profité de la tribune pour plaider pour le financement des artisans par un accès facile aux crédits. «L’Etat a accepté de nous octroyer une partie de la commande publique, mais nous n’avons pas les ressources pour exécuter ces marchés. Je souhaite un partenariat fructueux avec les banques, et leurs demande d’alléger les conditions d’accès aux crédits », a plaidé le président de l’APCMM.
En fin décembre 2018, la contribution du secteur bancaire au taux global d’inclusion financière s’est établie à 23,26% contre 17,7% en 2017, a déclaré pour sa part le ministre délégué auprès du Premier ministre chargée du Budget. Il s’agit là, pour Mme Barry Hawa Sylla, de progrès à saluer, qui peuvent être nettement améliorés par la modernisation des outils de travail au niveau des banques grâce à la digitalisation.
La coupure du ruban symbolique du salon des expositions et la visite des stands par les officiels ont mis fin à la cérémonie.

Daouda T. Konaté

Doucouré Assa N’Diaye, Directrice du marketing digitale à la BDM-SA : ‘’La distance n’est plus une contrainte pour nous…’’

Nous sommes venus exposer quelques-uns de nos produits à cette 9è édition de la Journée des banques et établissements financiers. Vous avez BDM Kunkan qui est un produit assez multi canal, puisque vous l’avez sur le canal SMS, l’Internet et sur le mobile. C’est-à-dire, vous avez vos informations par SMS, vous pouvez aussi accéder aux services via l’Internet. C’est une application mobile qui vous permet d’être proche de votre compte partout où vous allez.
Nous avons le produit mCauris qui permet au client d’interconnecter son compte bancaire avec son compte de téléphonie mobile. Cela permet de désengorger les guichets de banques.
Nous avons également le service Cauris web. Il y a une application mobile et une application web associées à ce service qui vous permet d’être proche de votre banque tout en restant chez vous.
Tous ces trois produits vous permettent d’accéder aux services classiques de consultation mais de faire aussi des transactions. Ainsi, vous pouvez effectuer des virements de compte en compte, faire des mises à disposition de fonds à tiers qui n’ont pas forcément besoin d’être clients de la banque. Vous pouvez en outre gérer vos prêts et vos DAP à travers ces plateformes, activer et réactiver vos cartes en cas de besoin.
Ces produits permettent aux clients d’être proches de leurs comptes mais aussi aux non bancarisés d’avoir accès aux services bancaires, la non bancarisation étant souvent le fait de la distance. Or, aujourd’hui, la distance n’est plus une contrainte pour nous. Ça résout aussi le problème de contrainte de temps.
La BDM offre aux clients qui ne souhaitent pas venir dans les agences faire la queue toute cette panoplie de produits leur permettant d’avoir accès à leurs services financiers sans même quitter leur chambre.
Aujourd’hui, la BDM SA se porte bien à travers les chiffres de nos actifs. Elle est le premier groupe bancaire malien. Inchallah, elle continuera ! Nous invitons les clients à venir auprès de nos agences pour s’approprier nos produits conçus pour eux. Lorsqu’ils viennent, nous avons besoin en retour de leur feedback pour nous permettre de développer des produits mieux adaptés à leurs besoins.
Amadou Konaté, chargé de clientèle à la BIM SA : ‘’La BIM SA n’est pas en marge de la digitalisation’’

La BIM-SA a deux produits-phares, à savoir ADRIA et BIM EXPRESS.
Le premier, ADRIA, est un nouveau produit expérimenté et lancé par le groupe Attijariwafa Bank au Maroc qu’on adapté au contexte malien. Il permet de voir son compte via le net partout où l’on se trouve, de faire des transactions, virements, demandes de chéquiers et autres.
Le second produit est notre application BIM EXPRESS qui peut être installée sur le téléphone portable. La particularité de cette application qui fonctionne avec internet est qu’on peut savoir en temps réel le virement de vos différents salaires, le mouvement sur les comptes et même imprimer aujourd’hui votre relevé de compte sans passer par la banque, faire des transactions directement vers les pays étrangers à travers votre téléphone. Aussi vous pouvez le réinitialiser quand vous avez des doutes sur le mot de passe. Ou quand quelqu’un veut trafiquer votre mot de passe, vous avez la possibilité de le changer vous-même sans passer par la banque.
Aussi, on la position géographique de tous les guichets automatiques à travers le Mali. La plateforme vous indique en temps réel quel guichet vous est proche pour aller faire vos différentes opérations.
Donc, la BIM SA n’est pas en marge de la digitalisation, c’est pour cela qu’on est en train de faire une révolution au niveau des plateformes que je viens d’expliquer qui permettent à nos clients de porter moins de liquidités sur eux et d’aller vers les transactions via le net directement.
La BIM-SA se porte à merveille au Mali et est le premier réseau bancaire au Mali en termes d’agences et de proximité. On a plus d’une soixantaine d’agences à travers le pays. Et c’est pour montrer tout l’intérêt que la BIM-SA a vis-à-vis de sa clientèle. J’invite les populations à venir nombreux pour visiter notre stand pour avoir toutes informations dont ils ont besoin.’’

Dolo Ogopema, Chef du service communication de la BNDA : ‘‘Les clients sont devenus plus exigeants … ‘’

‘’… Nous sommes dans un monde qui bouge. Aujourd’hui, dans un contexte de concurrence accrue, les clients ont beaucoup plus d’exigences. La digitalisation nous permet de leur offrir des services à distance. Les gens n’ont plus le temps, il faut qu’on permette à nos clients, soit avec le téléphone ou l’ordinateur portable, d’accéder aux services bancaires.
Pour cela, nous avons conçu des produits comme BNDA MOBILE. A partir de votre téléphone, vous avez accès à votre compte. Plus besoin de se déplacer ou d’appeler la banque pour avoir la situation de votre compte. Vous avez la situation de votre compte à partir d’un petit SMS. Vous pouvez faire des virements à partir de votre téléphone et même voir la situation des dernières opérations faites sur le compte. Donc, le client est indépendant et n’a même pas besoin de voir sa banque. C’est ça la révolution.
On a également Internet Banking. A partir d’une connexion vous pouvez accéder à votre compte et bénéficier des services (les virements, les demandes de chéquier etc.).
La BNDA est une très grande banque. Nous sommes dans toutes les régions du pays et on a une très bonne assise financière. Donc la banque verte se porte très bien et nous invitons tous les Maliens à venir ouvrir leurs comptes à la BNDA.’’

Rassemblés par DTK

Source: Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.