4ème session ordinaire du COP : l’insécurité au nord affecte la mise en œuvre du COP

Dans le cadre du projet de reconstruction et de relance économique (PRRE), les membres du Comité d’orientation et de pilotage (COP) dudit projet se sont réunis, le vendredi 29 juillet 2016, dans la salle de conférence de l’hôtel Massaley pour tenir leur 4ème session ordinaire. Elle avait comme objectif pour les participants de faire l’état de la mise en œuvre des recommandations de la 3ème session ; le compte rendu de la 3ème session ; le rapport d’activités du 1er semestre 2016 ; le PTBA révisé 2016 pour recadrer les activités et ne retenir que celles qui sont réalisées et réalisables au cours de l’année 2016.

forum conference reflexion financement promotion emploi jeunes

Ainsi,  cette 4èmesession ordinaire du Comité d’orientation et de pilotage (COP) du Projet de reconstruction et de relance économique (PRRE), placée sous la présidence de Mme Sidibé Zamilatou Cissé, a permis aux participants de passer en revue l’exécution à mi-parcours de ce plan de travail 2016 et du budget y afférent, en faisant une appréciation objective des résultats atteints avec chacune des composantes du projet, en identifiant les faiblesses qui freinent la bonne exécution des activités et en faisant des recommandations visant à mieux orienter les actions futures pour atteindre dans les conditions optimales les objectifs de développement du projet.

Mme la Présidence a rappelé que leur 3èmesession organisée quelques mois après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale avait nourri des espoirs. Il s’agissait du retour de la paix dans la zone d’intervention du projet en vue de permettre la réalisation totale du programme d’investissement prioritaire, le déploiement effectif de toutes les ONG nationales en vue de permettre l’exécution effective des activités du programme au titre de 2016, des composantes 2 et 3 du projet et la maîtrise de la démarche opérationnelle du projet par tous les Maîtres d’ouvrage délégués. Malheureusement, a regretté Mme la présidente du COP, la réalisation de ces hypothèses a rencontré certaines difficultés notamment la dégradation de la situation sécuritaire au Centre et dans certaines zones des régions du nord, le retard dans le déploiement des ONG nationales dans les régions de Kidal et dans certaines zones des régions de Mopti, Tombouctou et Gao, et enfin le retard dans la passation de marchés par certains MOD-Agences.

À ses dires, ces difficultés ont contribué à ralentir l’élan du projet dans la réalisation de certaines activités avec pour conséquences le retard de près de trois mois dans le processus d’élaboration de PDSEC et des activités dépendantes ; le retard dans la réception de certaines réalisations terminées pour cause d’insécurité ; le report des études hydrauliques dans la zone de Tenenkou pour raisons d’insécurité et l’absence de réalisation d’infrastructures dans la région de Kidal.

Il est à souligner que malgré ces difficultés, le projet a pu développer des approches participatives axées sur le partenariat avec les collectivités, communautés et prestataires locaux sur l’éducation, la santé, les ménages vulnérables et l’engagement communautaire et la gouvernance locale.

Enfin, rappelons que ce projet vise à fournir au gouvernement un mécanisme pour soutenir la reconstruction et la relance de l’économie des zones touchées par la crise socio-politique et sécuritaire de 2012.

 

Seydou Karamoko KONÉ

Source: Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.