Innovation du dispositif national de sécurité alimentaire : des cadres outillés

Ce sont 81 cadres, dont 22 femmes et 59 hommes du Dispositif national de sécurité alimentaire (DNSA) qui ont bouclé leur formation en élaboration et suivi des indicateurs, Gestion axée sur les résultats (Gar) et en fonctions de base de la bureautique. Ils ont reçu, jeudi dernier, leurs certificats des mains du ministre commissaire à la sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali. C’était à la faveur d’une cérémonie organisée dans les locaux du Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA), en présence du président directeur général de l’Office des produits agricoles du Mali, le colonel Ousmane Dembélé.

La formation, assurée par la Société française de réalisation, d’études et de conseil (Sofreco) à travers l’assistance technique de l’Union européenne, s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de renforcement de la sécurité alimentaire (Proresa). Elle vise à renforcer les capacités opérationnelles du DNSA, à élaborer des outils et des méthodes de travail efficaces. «L’enjeu est en effet vital pour notre dispositif.

Il s’agit de faire mieux que par le passé avec le peu de ressources financières disponibles, en communiquant et en intégrant davantage les innovations dans nos interventions, tout en faisant de l’outil suivi-évaluation un pilier essentiel susceptible de nous permettre d’accroitre les capacités des acteurs et d’améliorer la qualité des interventions », a précisé Redouwane Ag Mohamed Ali.

Pour ce faire, Sofreco a accompagné le CSA à mettre en place un Système national de suivi et d’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle, coordonné et harmonisé permettant de documenter le cadre de résultats de la Politique nationale de sécurité alimentaire et de nutrition (PolNSAN) au Mali. «Les évaluations conduites à la fin de la formation ont montré des progrès notables parmi les apprenants. À l’issue de la formation sur le logiciel de système d’information géographique, les participants qui n’avaient, pour la plupart, que des notions basiques au départ, ont pu réaliser des cartographies illustratives de la situation de l’insécurité alimentaire au Mali », s’est réjouie la directrice du projet Sofreco.

Au nom des récipiendaires, le président directeur général del’Opam a souligné que la formation leur permettra de quitter la gestion archaïque pour aller vers des pratiques plus innovantes. Le colonel Ousmane Dembélé a invité les bénéficiaires à utiliser cet outil comme une arme de guerre au service de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Un deuxième cycle de formation du projet démarrera bientôt. Il s’emploiera à renforcer et à approfondir les compétences nécessaires à la mise en œuvre du Système de suivi-évaluation, en cours de développement.

Makan SISSOKO

Source: Essor
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.