Tenue des élections en juillet : un impératif et ses mesures de précaution imposées

Le débat, sur la tenue des prochaines élections, est ouvert et ne manque point de rebondissements. Comme à l’accoutumé, les positions restent partagées entre un léger report et le respect du calendrier initial. Toutefois il convient de reconnaitre que les arguments avancés de part et d’autres, à l’exception de ceux de certains pseudos-acteurs de la vie politique, demeurent objectifs et méritent par conséquent d’être pris en considération pour éviter à notre pays de sombrer de ce qui devrait en principe jeter les bases d’une nouvelle nation et d’un nouveau départ. Autrement dit, la tenue des élections en juillet n’est pas sans conséquences. Et les risques de contestation des résultats du fait de la fraude, d’un faible taux de participation eu égard à la déception des populations vis-à-vis de la classe politique ou de l’inaptitude de certains électeurs déplacés ou encore dans les régions septentrionales à exercer leur droit de vote ne sont pas à exclure.

Si ces réalités demeurent irrévocables à tout point de vue, doivent-elles cependant justifier la nécessité de reporter les élections ? Disons tout simplement que non. Bien au contraire, ces réalités doivent inspirer d’autres mesures de précaution plus exhaustives et inciter les autorités de la transition à prendre en compte tous les risques pouvant entacher la crédibilité des élections et, par voie de conséquence, réfléchir d’ores et déjà à des solutions et perspectives pouvant prévenir toute crise postélectorale. Il s’agit, entre autres, des précautions relatives à l’implication de toutes les forces vives de la nation dans le processus d’organisation, à l’instauration d’un climat de confiance et de dialogue fécond entre les différents acteurs concernés, à la sensibilisation des populations sur la nécessité d’exercer leur devoir de citoyen, à la neutralité des autorités de la transition, à la sécurisation de l’ensemble du processus…En sus, il faudra mener une vaste de campagne de communication auprès des leaders politiques quant au respect du verdict des urnes et surtout à l’impérieuse obligation de mettre les intérêts du Mali au dessus de leurs petits calculs politiciens. Il est aussi du devoir de la société civile de jouer pleinement son rôle, en sortant du champ politique sans pour autant rompre avec le débat politique, afin de constituer un véritable rempart contre la fraude et l’instrumentalisation  de notre système démocratique déjà en convalescence.La tenue des élections en juillet, ainsi dit, est un challenge certes immense mais pas pour autant impossible pour le Mali. Certains pays, et souvent dans des conditions plus difficiles que celles que traverse le Mali, ont pu relever le défi. Et le Mali ne saurait fait une exception à cette règle, et encore moins au moment où toutes ses opportunités et chances de pouvoir repartir sur de nouvelles bases y sont conditionnées. Au delà de la pression internationale qui alimente le débat, il convient de rappeler que la tenue de ces élections reste un engagement solennel du gouvernement de transition et un souhait ardent pour l’ensemble du peuple malien. Ne pas respecter le calendrier fixé serait, pour nos autorités actuelles, une faillite et pour l’ensemble de la nation malienne un veritable gâchis qui consolidera et la situation de ‘’non droit’’ qui prévaut depuis le coup d’état du 22 mars et le vide institutionnel ayant favorisé l’émergence d’une société à double vitesse et dans laquelle l’ascenseur social est malheureusement en panne (étant donné que tous les privilèges ne sont accordés qu’à une catégorie de personnes proches de l’ex junte militaire ou des caciques du pouvoir dit déchu).

Si la tenue des élections en juillet comme prévu reste un impératif, l’enjeu est qu’il subsiste de sérieuses menaces qui nécessitent des mesures préventives afin d’anticiper toute crise postélectorale comme dans certains pays voisins et préserver la crédibilité du scrutin.

Fousseyni MAIGA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.