Lettre à grand-père

Cher grand-père…Face à un orage, chacun se sauve la tête. L’Ukraine souffre. Le Mali aussi. Mondoro. Quelle désolation ! Quel désastre ! Encore le sang des FAMa a coulé. Ceux-là qui donnent leur vie pour que vivent les 23 millions de Maliens. Ceux-là qui prennent des balles dans leur poitrine pour qu’elles n’atteignent pas les Maliens. Ceux-là qui tombent pour que le Mali reste debout. Ce n’est point le nombre qui importe. Chaque FAMa est le Mali. Paix à leur âme ! Amine !

Cher grand-père ! Le Malikura est en marche. Il avance à très grand pas. Ce Malikura où des démocrates font tomber un élu et les institutions avec la poitrine bombée. Ce Malikura, où l’armée  sensée républicaine s’attaque à la République et toutes ses formes et sont accueillies en héros. Oui ce Malikura qui construit à partir d’un boulevard au lieu des labos d’idées et de réflexion. Notre grand Malikura !

Oui grand-père ! Notre grand Malikura où la justice séduit des gens qui ne discernent pas un procureur d’un juge, un avocat d’un huissier. Oui notre Malikura où c’est un gouvernement (pouvoir exécutif) qui commente la justice. Notre grand Malikura, où un décret présidentiel fait et défait le pouvoir législatif (CNT). Où le président licencie et recrute les députés pour contrôler ses actions ! Notre Malikura !

Ha oui ! Grand-père ! Notre Malikura où la théorie du complot est la politique gouvernementale et nationale. Où on a des preuves mais on ne saisit aucune justice. Notre Malikura où on regarde le monde entier et on dit ce qui plait même s’il n’est pas vrai. Et c’est applaudi. Notre Malikura, où notre politique étrangère décide de changer notre système et notre alignement sans concertations ni referendum. Notre Malikura qui veut tout et tout de suite !

Oui grand-père ! Notre Malikura où le seul cauchemar est d’organiser des élections et d’élire un président démocratique pour rejoindre le concert des Nations. Notre Malikura, où la fin des règnes des dirigeants est conjuguée comme la fin du Mali. Un Malikura où le principal défi, c’est de rester au pouvoir et de ne point quitter. Et même si pour ce, il faut prendre tous les virages et rompre avec le monde. S’il le faut, quitter définitivement la démocratie et mettre fin à la République pour que vive éternellement la transition !

Cher grand-père, la mission d’un maçon n’est point juste de superposer des briques pour faire naitre un édifice. Non et non. Avant le maçon, il y a d’abord le travail d’un architecte. Et avant l’architecte, il y a un plan urbain. Si le maçon, ne respecte pas l’architecture et que l’architecture ne respecte pas le plan urbain, l’édifice sera aussi éphémère qu’un Malikura qui se veut sans la Cédéao, sans l’Union africaine et sans le reste du monde.

Cher grand-père ! Nous passons mais le Mali doit rester. Léguons un Mali prospère et institutionnalisé à nos enfants. Une République démocratique qui fédère tous le Mali et tous les Maliens de Kayes à Kidal. Bon je te laisse ici avec ma 7ème lettre. Le Mali semble entrer sous embargo en électricité. Moi qui croyais quand on prônait « sans délai ! », c’est qu’on avait déjà fini avec ces petits soucis d’électricité au moins. A mardi cher grand-père !

Lettre de Koureichy

 

Source: Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.