La tribune du lundi : La plus mauvaise année de l’histoire du Mali!

L’année 2014 sera, vraisemblablement, la plus mauvaise de l’histoire du Mali, car c’est en 2014 que les Maliens, en grande majorité, viennent de comprendre que les dirigeants, sensés leur assurer un avenir meilleur, sont incompétents, menteurs, irresponsables, sans honneur, sans personnalité, etc. C’est regrettable, mais les faits sont les faits ! Cette situation fait perdre à l’Etat du Mali toute crédibilité à l’échelle nationale et internationale. L’Etat du Mali est un Etat défaillant.

drapeau mali vert jaune rougeOh que mon pays va mal ! Oh que les Maliens manquent de références ! Mon pays, le Mali, est méconnaissable aujourd’hui et les Maliens ne comprennent plus rien de ce qui leur arrive. Ils ont peur pour leur survie et ils s’inquiètent pour le devenir (sécurité, unicité, indivisibilité, laïcité, cohésion sociale, etc.) du grand Mali d’antan.

Les comportements de nos différentes autorités tout au long de cette année 2014 ont laissé de très mauvaises impressions au citoyen lambda. Nos autorités, à commencer par le Président de la République (IBK), donnent l’impression de se moquer du Peuple. Si non comment comprendre les discours d’IBK et les réalités du moment ? IBK a trop parlé pour ne rien faire. Le Gouvernement actuel, qu’il a nommé, est le pire des Gouvernements que le Mali ait connu en termes de médiocrité, d’irresponsabilité, d’incompétences, malhonnêteté, manque de vision, manque de patriotisme. Un Gouvernement qui est à la merci du Prince et non du Peuple. Les faits étant têtus et restant toujours les faits, nous avons vu un Premier Ministre (Moussa Mara) sans responsabilité, mentir avec fierté, des Ministres qui ne sont pas à la hauteur, etc. A travers ce gouvernement le citoyen lambda vient de découvrir que la jeunesse, qui doit assurer la relève, donne
la plus mauvaise image comme l’attestent les comportements naïfs et ignobles, l’amateurisme, l’irresponsabilité du Premier Ministre et des jeunes Ministres. Mais que nos dirigeants sachent une chose : rien n’est éternel car d’après le célèbre économiste Herb STEIN:  » Ce qui n’est pas durable ne peut durer et devra bien cesser un    jour.  »
L’année 2014 a aussi révélé la carence au niveau de la Présidence de l’hémicycle. En effet, le Président de l’Assemblée a montré toutes ses limites dans la gestion de son institution. Pire, il ne joue pas le jeu démocratique et du coup il prive la majorité parlementaire d’un poste stratégique qui lui revient : le Secrétariat général. Le présent Secrétaire général étant un cadre du principal parti de l’opposition (URD), que cherche-t-il là-bas ? Qu’attendent les autres partis politiques de la majorité présidentielle pour faire comprendre au Président de l’hémicycle que ce n’est plus Younoussi Touré de l’URD à la présidence.
Les cadres maliens doivent savoir qu’on ne nait pas Secrétaire général, Directeur, Ministre, Président, etc., mais qu’on le devient, donc qu’ils comprennent que l’on gagne en honneur en démissionnant suite à une erreur, une incompétence, un non-respect de la part de la hiérarchie, etc. Au Mali, on a peur de perdre sa place et on est prêt à tout faire pour la conserver.
Je pense qu’IBK détenait une arme de combat pour son début de quinquennat lui permettant d’amorcer le changement pour lequel il a été plébiscité par le Peuple malien en le choisissant parmi les autres candidats. Le Peuple pensait faire le bon choix, mais quelle erreur collective s’en est-il aperçu ! La seule bonne arme de combat qu’IBK détenait, était le premier Premier Ministre, en l’occurrence Oumar Tatam LY, qui était un technocrate qui a duré dans les rouages des politiciens sans le devenir et qui a montré qu’il avait le sens de la responsabilité, de l’honnêteté, de la dignité, de la bravoure, de la rigueur et du patriotisme. L’histoire récente vient de donner raison à LY qui avait commencé à comprendre les compétences des membres de l’équipe, qu’il n’avait pas choisie, mais qu’il devait gérer pour bâtir un Mali Meilleur. Mais hélas ! Il a montré toute la différence entre ceux qui roulent pour IBK et ceux qui veulent
l’intérêt du Mali. Il a fait son choix et le temps vient de lui donner raison, car servir une Nation et non un homme est le devoir de tout homme responsable.
Face à cette situation de détérioration de nos valeurs sociétales et de déliquescence au sein de l’appareil d’Etat, j’exhorte tous les Maliens à revoir leurs comportements.
La responsabilité de tous les Maliens (de l’intérieur comme de l’extérieur) se trouve dans le chaos sociétal dans lequel nous nous trouvons. Le citoyen lambda malien manque cruellement de références, parmi les dirigeants du pays de quelque bord que ça soit. Toutes les valeurs sociétales ont basculé négativement et ont presque disparu du comportement du quotidien des Maliens.
La société malienne qui était, il n’y a pas longtemps, une société honnête et respectueuse des valeurs ancestrales (dignité, bravoure, sens élevé de l’honneur, patriotisme, etc.), est devenue une société méconnaissable, irrespectueuse de nos valeurs sociétales, indigne, dépourvue de tout sens d’honneur. Qu’est-ce qui est à la base de ce changement honteux du comportement de la société malienne ? Comment faire pour rendre cette société noble, digne, respectueuse des vraies valeurs ancestrales, et capable de relever les énormes défis du changement pour l’honneur et le bonheur du Mali ?
Nous devons prôner l’amour du travail bien accompli, car seul le travail paye. Alphonse KARR ne disait-il pas « Si l’on veut gagner sa vie, il faut travailler. Si l’on veut devenir riche, il faut trouver autre chose. »
Nous devons nous donner la main en cherchant à changer de comportements pour donner un nouveau souffle au Mali pour l’Honneur des Grands Hommes du Mali et le Bonheur de nos futurs enfants.
Nous devons chercher à imposer la restauration d’un Etat fort avec des dirigeants à la hauteur. Ensemble, tous unis au tour de l’intérêt national, nous pouvons relever le défi malgré la présence parmi nous des brebis galeuses car Johan Wolfgang von GOETHE l’a dit en son temps:  » On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin.  »
Que le bon Dieu donne des préoccupations aux ennemis du Mali (de l’intérieur comme de l’extérieur) afin qu’ils oublient pour de bon le Mali. Amen !
Jules-Paul Tardivel:  » Le vrai patriote s’inquiète, non du poste qu’il doit occuper dans la patrie, mais du rang que la patrie doit atteindre parmi les nations « .
Dr. Sékou DIAKITE
Président de l’Association 
 » Mouvement pour le Changement à Kati  (MCK) »
Cell.:+22365736462/73568479

source : Zénith Balé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.