Evacuation des déchets de la ville de Bamako : Le ministre Ousmane Ag Rhissa, déterminé à rendre propre la capitale de Bamako

» Le problème d’assainissement de la ville de Bamako s’est aggravé ces dernières années. Bamako ressemble à un grand dépotoir à ciel ouvert et il faut rapidement gérer cette situation insupportable voire inacceptable « . Tels sont les propos du ministre de l’environnement et de l’assainissement, qui a tiré la sonnette d’alarme lors d’une rencontre le 11 juillet dernier, dans la salle de conférence du district de Bamako.

 

 

C’est pendant plus de deux heures d’horloge qu’a eu lieu la rencontre entre le ministre de l’environnement et de l’assainissement, Ousmane Ag Rhissa et le  conseil du district de Bamako. C’était en présence de son homologue le ministre délégué chargé de la décentralisation, Abdourahamane Touré, du conseiller aux affaires économiques et financières du gouvernorat de Bamako, Barou Guindo, du directeur général de l’Assainissement, Modibo Diallo, du 1er adjoint au Maire du district de Bamako, Hari Makan Kéïta, des conseillers du district de Bamako et des représentants des services de l’assainissement.

 

 

L’ordre du jour a porté sur la situation de l’assainissement de la ville de Bamako. Selon le ministre de l’Environnement, le problème des déchets solides dans nos villes constitue un véritable casse-tête et avec l’hivernage, la situation risque d’être chaotique si des mesures appropriées ne sont pas prises.  » Il était important qu’on se retrouve, qu’on échange et que tous ensemble nous trouvons des idées précises pour dégager un certain nombre de stratégies sur la gestion des tas d’ordures dans la ville de Bamako. Comme nous le constatons, depuis un certain temps nous cherchons des voies et moyens pour soigner l’image de la ville, car la situation devient insupportable et inacceptable « . Le ministre ajoutera que  l’heure est à l’urgence.

 

 

» Certes plusieurs pistes ont été dégagées à l’issue de la rencontre, à long et à court terme. Mais il faut agir rapidement et immédiatement. Pour ce faire, j’ai interpellé  le conseil du district, malgré les difficultés de mettre en priorité dans l’utilisation de ses ressources, la gestion de l’assainissement « . Pour le ministre, cette action permettra d’enclencher immédiatement des actions, afin de trouver du carburant pour fournir les camions du district, le temps que les autres propositions soient examinées et mises en œuvre, avec l’ensemble des acteurs. Le ministre a également lancé un appel  à l’ensemble de la population de Bamako. Les acteurs, les commerçants,  les Ong, les communes etc… pour que chacun prenne conscience,  pour rendre la capitale propre. Il a enfin  interpellé les partenaires techniques et financiers de  » nous aider à débarrasser notre capitale de ses ordures « .Pour le directeur de l’Assainissement, plusieurs mesures ont été prises au niveau de son département. Il rappellera que le 23 janvier 2012, le Mali avait adopté la loi N°2012/003, qui devrait prendre effet à partir du 1er janvier 2013, cette loi qui interdit la production, l’importation, la détention, la commercialisation et l’utilisation des sachets plastiques non biodégradables et de granulés non biodégradables destinés à la fabrication desdits sachets en République du Mali.  » Mais la mise en œuvre de cette loi nous a posé de petits soucis avec les autres ministères. D’ici la fin de l’année nous pensons pouvoir mettre en vigueur cette loi  » a-t-il assuré. Concernant les décharges finales, le directeur expliquera que d’ici la fin de l’année, la construction de la décharge contrôlée et compactée de Noumoubougou sera prête et une partie des problèmes sera à cet effet résolue. Le 1er adjoint au Maire quant à lui a posé le problème d’électricité  qui leur  pose un préjudice dans l’exercice de leur fonction. Il a cet effet exhorté le ministre de plaider leur cause auprès du ministre de l’énergie, afin que l’EDM rétablisse la lumière dans les locaux de la Mairie du district. Un autre plaidoyer a été fait par l’un des conseillers du district, qui a exhorté le ministre à voir avec son collègue de la justice, les moyens pour la libération du Maire du district de Bamako, Adama Sangaré qui se trouve  toujours en prison.

Clarisse NJIKAM

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *