Election Présidentielle du 28 juillet 2013 : Mamadou Djigué dit ‘’djaf’’ dans la course

Dans la perspective de la présidentielle prévue pour le 28 juillet prochain, le plus jeune des candidats, Mamadou Djigué, âgé de 36 ans de  n’entend pas rester en marge de ce tournant décisif de l’histoire politique de notre pays.

 

Le mouvement qu’il a créé avec ses camarades en 2010, dénommé (MJCD)   Mouvement des jeunes pour le changement et le développement, a décidé de se muer en parti politique. Le parti a été porté sur les fonts baptismaux lors d’une conférence de presse tenue à la Maison de la presse le lundi 24 juin. Il porte le nom (PDAR-MJCD), Le Parti Démocratique pour l’Alternance et le Renouveau dont Mamadou Djigué défendra les couleurs à la prochaine élection présidentielle.

 

La conférence de presse a été coprésidée par Abderrahmane Traoré non moins porte parole de la jeunesse et le candidat du nouveau parti à l’élection présidentielle Mamadou Djigué dit Djaf ; l’homme qui veut incarner l’espoir de la jeunesse malienne. Elle s’est déroulée en présence d’une foule nombreuse composée de militants, sympathisants soutenant sa candidature.
Abderrahmane Traoré a rappelé l’historique de la création du parti, qui selon lui a été créé par des groupements et des associations, des jeunes leaders pionniers du 26 mars 1991,qui ont combattu et versé leur sang pour l’instauration de la démocratie et du multipartisme intégral au Mali. Il a ensuite souligné que la jeunesse constitue 7o% de la population active de ce Pays, et que cette couche sociale considérée à tout point de vue comme la cheville ouvrière de tout changement politique est frappée par le chômage grandissant, l’immigration clandestine, l’exode rural etc. Avant d’ajouter que la jeunesse doit prendre son destin pour relever le défi du changement et le développement : «nous pensons qu’il est grand temps pour nous les jeunes de sortir de cette torpeur dans laquelle nous évoluons, de nous unir, de former une coalition pour barrer à jamais la route aux politiciens, qui se sont servis de nous comme marchepied pour accéder au pouvoir, ayons le courage de dire non à cette pratique, de prendre notre destin en main pour nous débarrasser des complexes d’infériorité accumulés pendant des générations, de dépasser la médiocrité et d’accéder à l’excellence et de ne pas avoir le droit de faillir», a martelé le porte parole. A sa suite, l’honneur est revenu au plus jeune candidat Mamadou Djigué de retracer les grandes lignes de son projet de société. Il n’a épargné aucun secteur d’activité, qui selon lui nécessite de véritables transformations pour le service du peuple. A la question d’un confrère sur sa candidature, il répondra par l’affirmative, car il a déjà déposé sa candidature à la Cour Constitutionnelle avec la signature de dix(10) députés, il appartient aux sages de ladite cour d’en valider ou pas. Et également en réaction à une autre question d’un confrère relative à son âgé d’assumer les lourdes charges qui seront imposés au futur Président, étant donné qu’il n’a pas, par le passé occupé certaines hautes fonctions  de l’Etat, il dira qu’il est prêt à en assumer si le peuple lui confie la tâche. Il a ensuite fait savoir que la jeunesse n’a plus le choix, car les ainés ont failli à leur devoir de génération : «on n’a pas suffisamment d’expériences, mais l’expérience viendra avec le temps».
Boubacar SIDIBE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *