ZONE DITE DES TROIS FRONTIERES NIGER- MALI-BURKINA Les attaques terroristes ont fait plus de 420 civils tués janvier à juillet 2021

De janvier à juillet 2021, plus de 420 civils sont tués et des milliers de personnes chassées de leurs maisons. C’est ce qui ressort du nouveau rapport de Human Rights Watch publié, hier mercredi 11 août 2021. Le document précise qu’il s’agit du bilan des attaques au Niger, au niveau des frontières avec le Mali et le Burkina Faso.

En effet, les organisations de défense des droits humains condamnent ces abus et invitent aussi les autorités à intensifier leurs efforts pour protéger les villages vulnérables.

Près d’une dizaine d’attaques ont eu lieu au Niger, près des frontières du Mali et du Burkina Faso. Des civils ont été exécutés par des combattants islamiques avec leurs maisons et greniers brûlés.

Ces informations sont rapportées par des témoins cités dans le rapport de Human Rights Watch. Des chefs de village, des leaders religieux, des personnes handicapées et de nombreux enfants sont parmi les personnes tuées.

Human Rights Watch estime ainsi que les pays frontaliers doivent collaborer pour mieux protéger les civils contre les attaques dans la zone.

Le rapport recommande également d’établir des réseaux d’alerte précoce et de réduire le temps de réponse des armées aux menaces des villages.

La création de Comités composés notamment de civils et de forces de sécurité est aussi proposée par l’organisation. L’objectif est d’identifier les besoins urgents en matière de protection et d’y répondre, précise le document.

Ce rapport est publié dans un contexte tendu au Centre et au Nord du Mali. A Ouatagouna, dans la région de Gao, une attaque contre des civils a fait une cinquantaine de morts cette semaine. Un drame qui a provoqué le déplacement de nombreux habitants de la localité dans la ville d’Ansongo.

Lire la suite sur L’Indicateur Du Renouveau

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.