Une délégation de l’ONU au Mali : Le dynamisme de la diplomatie Malienne

Une délégation du Conseil de Sécurité des Nations Unies est arrivée à Bamako le 19 octobre, pour une tournée officielle de quatre jours dans le Sahel.

minusma delegation ambassadeur onu nations unies abdoulaye diop ministre affaires etrangere malienne visite

Composée de 15 ambassadeurs des pays concernés, cette mission de haut niveau avait essentiellement pour but d’évaluer la situation sécuritaire des pays du G5 Sahel, mais également d’identifier l’appui à fournir pour répondre aux menaces auxquelles font face ces Etats.

« Nous sommes là à la fois pour soutenir les efforts qui sont faits par le Mali et plus largement par les cinq membres du G5, pour créer cette force essentielle dans la lutte contre les mouvements terroristes dans la région, pour apprécier l’état de cette menace, l’état aussi de la constitution de cette force, qui est un atout pour les africains dans cette lutte qui ne connait pas de frontières, » a déclaré l’Ambassadeur français qui présidait la délégation. Il a aussi précisé : c’était devant Delattre: « c’est une occasion aussi avec le Président de la République, le Gouvernement et l’ensemble des acteurs maliens de faire un point plus largement sur la mise en œuvre de l’accord de paix. »

M. Abdoulaye Diop, Ministre malien des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine, le Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif, accompagné de plusieurs autres responsables de la Mission étaient à l’aéroport internationale Modibo Keita pour accueillir nos hôtes.

Ce même jour, la délégation a été reçue par le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta.

La rencontre a été l’occasion pour les membres du Conseil de Sécurité, d’exprimer leur plein et entier soutien au Mali dans la mise en œuvre de l’Accord de paix.

Ils ont également rendu hommage au Président Keita pour les efforts déployés par l’Etat dans la recherche de la paix et de la stabilité durable au Mali.

Enfin, la délégation a témoigné sa gratitude à IBK pour son soutien à la MINUSMA dans l’accomplissement de son mandat.

Hommage aux Casques bleus de la MINUSMA

Les Ambassadeurs du Conseil de Sécurité en visite au Mali, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU (RSSG) et Chef de la MINUSMA, ses adjoints, le Commandant de la Force, le Commissaire de la Police des Nations Unies et l’ensemble du personnel civil et militaire de la Mission à Bamako, ont rendu le  20 octobre, un vibrant hommage aux Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Mali décédés en service.

Ce sont en effet, 146 Casques bleus qui ont été tués parmi 510 autres grièvement blessés.

C’est à la Base Opérationnelle de la MINUSMA (MOB) qu’a eu lieu la cérémonie d’hommage à ces soldats de la paix.

Pour le Chef de la MINUSMA, la cérémonie doit aussi rappeler : « combien le travail pour la paix et la sécurité comporte un sacrifice au prix suprême de la vie. En ce moment, nos pensées et nos prières vont au 146 soldats et civils que nous avons perdus depuis 2013. Nos prières et nos pensées vont aussi à leurs familles ».

Le RSSG a également rendu hommage aux « frères d’arme des forces de défense et de sécurité maliennes qui sont également très nombreux, tombés souvent aux côtés de ceux de la MINUSMA ».

Visiblement ému, l’Ambassadeur Dellatre de la France, chef de la délégation a dit, au nom de celle-ci que tous « s’inclinent devant leur mémoire avec un profond respect », avant de signaler : « leur sacrifice ultime sous la bannière bleu des Nations Unies et qui nous engage tous… »

 

L’ONU pour la Paix au Mali

Les membres du Conseil de sécurité ont aussi exprimé “leur profonde préoccupation dans la mise en œuvre des dispositions de l’accord pour la paix au Mali.

“Plus de deux ans après la signature de l’accord, il est désormais plus que jamais temps d’avancer, d’avancer fortement, d’avancer concrètement, d’avancer rapidement dans la mise en oeuvre de l’accord de paix.

La fenêtre d’opportunité pour avancer est aujourd’hui étroite, il faut avoir le courage de le dire”, a martelé M. Delattre.

Concernant la constitution d’une force des pays du Sahel (G5 Sahel), la France y a vu un possible modèle de coopération entre les troupes africaines et celles l’ONU.

“Nous pensons que la Minusma (la force de l’ONU au Mali, NDLR) et la force conjointe du G5 Sahel sont des outils complémentaires qui ont vocation à constituer un modèle type d’articulation vertueuse entre une opération de paix onusienne et une opération africaine de paix”, a expliqué M. Delattre de la France.  A noter que , c’est grâce à l’engagement de la France qu’une réunion ministérielle sur le soutien au G5 Sahel est prévue le 30 octobre à l’ONU, ainsi qu’une conférence des donateurs le 16 décembre à Bruxelles.

Un autre soutien de poids,  par rapport au G5-Sahel, c’est celui du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qui a recommandé une aide internationale accrue à cette force, dont le financement n’est pas encore garanti.

Enfin, il faut noter que tous ces mouvements pour le G5-Sahel dont le président IBK est actuellement le patron on été possibles, grâce à la diplomatie malienne et principalement au président de la République.

Boubacar Sankaré

Source: 26 Mars
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *