Think tank : IBK et Hollande interpellés face à la surenchère du MNLA et du MAA

hollande ibk presidents

Le MNLA et le (MAA) Mouvement Arabe de l’Azawad, ont signifié leur décision de suspendre leur participation aux négociations visant la mise en œuvre des Accords de Ouagadougou qu’ils ont signés avec le gouvernement du Mali. Une décision d’autant plus surprenante qu’elle intervient après que le gouvernement du Mali eut décidé de libérer, le 18 septembre dernier, une douzaine de prisonniers de guerre appartenant au MNLA. Une preuve tangible de la bonne volonté de l’Etat malien dans le processus de mise en œuvre des Accords de Ouagadougou.

A première vue, cette décision frappée au coin d’un maximalisme de mauvais aloi pourrait même donner à sourire tant les animateurs de ce qu’on appelle abusivement « la rébellion touareg » – ils sont loin de représenter l’écrasante majorité de la communauté touareg qui ne cherche qu’à vivre en bonne intelligence avec les autres composantes de la société malienne – se sont toujours illustrés  par leur légèreté et leur inclination à trahir la parole donnée. Sans compter  que sur le plan militaire les éléments du MNLA ne se sont jamais montrés comme des foudres de guerre.

 

Ils ont toujours excellé dans le lobbying. Donc, pour assouvir leur funeste dessein – la déstabilisation du Mali – ils n’ont pas hésité à nouer des alliances tactiques avec les narco-jihadistes d’AQMI, du MUJAO et d’Ançar dine. Une alliance qui se révélera, par la suite, comme un marché de dupes soldé par un tragique dénouement pour ceux qui ont osé trahir leur patrie. De par un incroyable retour du balancier, comme Dieu seul en a le secret, le MNLA fut réduit à vivre en paria dans ce qu’il considérait comme « le berceau des Touaregs », l’Azawad.  Il perdit des dizaines, voire des centaines d’hommes dans les affrontements sanglants avec le MUJAO à Gao – où il avait établi son fantomatique gouvernement – et à Ménaka.

 

Le MNLA doit mille fières chandelles à l’opération Serval déclenchée par le président français, François Hollande, qui lui permit de recouvrer un semblant de vie car il ne savait plus sur quel pied danser ou, pour être plus exact, il n’avait plus de pied  pour danser. En dépit de ses fanfaronnades qui paraissaient plutôt comme de l’autosuggestion destinée à se donner un semblant de contenance.

 

Mais, à voir de près, la récente décision du MNLA de suspendre sa participation aux négociations avec le gouvernement, avant même les Etats généraux de la décentralisation et les assises sur le Nord ne débutent, mérite qu’on s’y attarde quelque peu. Dans le meilleur des cas, on peut la considérer comme relevant d’une technique de négociation visant à mettre la barre haut  dans l’espoir d’engranger le maximum quand viendra le temps des vraies discussions. Mais le réalisme commande d’aller  au-delà de cette analyse et d’envisager le pire. Car un dicton bien de chez nous ne dit-il pas que « si le moineau a le toupet d’insulter le père du calao, nul doute qu’il est parrainé par l’autruche ». Ne dit-on pas aussi qu’il n’y a pas de fumée sans feu ?

 

Trois arguments incitent à envisager ce scénario-catastrophe. D’abord la déstabilisation de la Libye –le seul haut fait d’armes de Sarkozy  – fait de ce pays une base-arrière, un sanctuaire, voire un paradis, diraient certains, pour le terrorisme international. Tant qu’il sera ainsi, le pays de Kadhafi restera toujours un grand facteur de déstabilisation de tous les pays de la bande sahélo-saharienne.

 

Deuxième argument, Iyad Ag Ghaly, l’homme par qui tout le malheur du Mali est arrivé, continue selon toute vraisemblance, à respirer l’air du bon Dieu. Et, selon des sources concordantes, il se la coulerait douce en Libye où certainement il continuerait tranquillement d’échafauder des plans diaboliques  visant à replonger le Mali dans le chaos, un pays qui lui a, pourtant, tout donné. Il n’est même pas exclu que les bandits armés du MNLA, qui partagent les mêmes activités criminelles que les narco-jihadistes, notamment le trafic de drogue, d’armes, de cigarettes, remettent leur marché de dupes pour reconquérir le Nord-Mali.

 

Enfin, notre grand voisin du nord, l’Algérie, a toujours eu une attitude, pour le moins ambiguë, dans le dossier sécuritaire de la bande sahélo-saharienne, en particulier celui du septentrion du Mali. Le nouveau président démocratiquement élu du Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta, a fait,  du haut de la tribune de la 68ème assemblée générale des Nations-Unies, le 27 septembre à New-York, un vibrant plaidoyer en faveur d’une mutualisation des efforts des pays de la bande sahélo-saharienne pour lutter contre l’ennemi commun, le terrorisme international. Sera-t-il entendu ?

 

On peut en douter en dépit de cette réalité que le terrorisme international constitue aussi une menace pour l’Algérie comme les événements d’Inamenas l’ont éloquemment prouvé. Malheureusement, l’égoïsme des nations les pousse souvent à adopter des attitudes irrationnelles, voire suicidaires.

 

Des voix plus autorisées, venant tant d’institutions internationales que d’hommes d’Etat, ont déjà tiré la sonnette d’alarme devant les dangers d’une résurgence du terrorisme dans le Sahel. Grâce à l’opération Serval déclenchée  parla France de François Hollande, en appui à l’armée malienne et aidée en cela par la communauté internationale, l’armée tchadienne en première ligne, les narco-jihadistes ont été sérieusement affaiblis, mais ne sont nullement anéantis. Ils sont prêts à revenir à la charge à la moindre occasion. Les événements survenus avant-hier à Tombouctou, soldés par la mort de deux civils en plus des deux kamikazes, nous en donnent, hélas, une tragique illustration.

 

Les « rebelles » du MNLA qui leur ont servi de cheval de Troie sont sur le point de reprendre du service et à remettre ça. Les ennemis du Mali, de la paix et de la liberté sont à la manœuvre dans l’ombre. IBK et Hollande doivent faire preuve de vigilance et de proactivité pour tuer le scénario-catastrophe dans l’œuf. Et éviter ainsi  que les louables efforts déployés par la France et la communauté internationale ne se transforment en un formidable coup d’épée dans l’eau.

 

       Yaya SIDIBE

Source: 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *