Sortie de crise : La CMA paraphe l’accord et justifie son absence à Bamako

La Coordination des mouvements de l’Azawad a paraphé hier jeudi à Alger l’accord de paix adopté le 1er  mars par le gouvernement et la plate-forme.  Tout en annonçant l’ouverture des discussions sur « les modalités d’application » de l’accord, elle a justifié son absence à la cérémonie de signature prévue cet après-midi à Bamako qu’elle n’a « pas été consultée » sur cette échéance et donc ne se sent pas engagée par celle-ci.

bilal ag acherif chef rebelle touareg mnla cma mongi hamdi minusma Ramtane Lamamra ministre algerien affaires etrangere signature accord paix negociation pourparles

La Coordination des mouvements de l’Azawad a annoncé dans un communiqué « sa décision de parapher » le document, expliquant ainsi « honorer les engagements antérieurement pris ». « Cette décision fait aussi suite », indique la CMA, « aux engagements pris par la médiation internationale et acceptés par la partie malienne d’engager des discussions sur les demandes et observations de la CMA après le paraphe et avant la signature du document final ».

Un rappel important pour la CMA, qui précise que les discussions « porteront également sur les modalités d’application ». Quant à la date du 15 mai, la CMA souligne qu’elle n’a « pas été consultée » sur cette échéance et donc ne se sent pas engagée par celle-ci. En conséquence la coordination annonce qu’« elle ne sera pas présente » à la cérémonie prévue vendredi à Bamako ».

 

DÉCLARATION JOINTE AU PARAPHE DU DOCUMENT DU 1ER MARS 2015 ISSU DU PROCESSUS D’ALGER

 

Le Conflit opposant les populations de l’AZAWAD au Gouvernement Malien  depuis plus de cinquante (50) ans a attiré l’attention de la Communauté Internationale qui s’y est largement impliquée pour la première fois depuis 2013.

Depuis lors plusieurs démarches ont été effectuées, avec des résultats bien souvent différents. Mais toutes ont abouti à plusieurs constats dont voici les principaux :

1-      Le conflit a révélé  sa complexité ;

2-      Sa nature essentiellement politique ;

3-   Des enjeux non dits ont sans doute déterminé les tenants et les aboutissants du processus enclenché par la médiation internationale

4-    La légitimation  des milices communautaires, a été un obstacle majeur dans le processus.

5-   La  CMA, seul belligérant contre l‘Etat malien, n’a jamais lésiné sur sa bonne volonté et sa bonne foi pour arriver à une solution négociée juste et durable du conflit ;

6-   L’engagement de la Médiation conduite par l’Algérie a contribué  faire avancer le processus ;

7- Le document proposé au paraphe le 1ermars 2015 à Alger est largement en deçà des revendications  des populations de l’AZAWAD et ne répond pas aux contraintes et aux réalités de la crise vécue par l’Azawad ;

8-  A l’intérieur comme  à l’extérieur,  les populations de l’AZAWAD ont massivement  exprimé des réserves de fond, voire leur rejet, du projet d’accord ;

9-  En dépit de toutes ces contraintes, la CMA consent,  dans un esprit d’équité et de bonne foi, de parapher le document compte tenu de certains de ses aspects qui lui paraissent pertinents pour la poursuite du travail avec la médiation internationale et le gouvernement du Mali afin de mener progressivement vers un règlement consensuel du conflit tenant compte des aspirations et des revendications du peuple de l’Azawad ;

10-   Aucun mécanisme de garantie à l’égard des violations du cessez-le-feu n’a été véritablement mis en place tout au long du processus, ce qui renvoie vers la position légitime de la CMA demandant que des assurances lui soient données pour éviter toute nouvelle escalade comme cela été souvent le cas quand les forces maliennes et les milices pro-gouvernementales de Bamako attaquent ses combattants.

Considérant :

  • que la CMA est partie prenante dans un règlement négocié du conflit l’opposant au gouvernement malien,
  • qu’elle reste attachée au processus en cours en vue de parvenir à ce règlement,
  • que le document paraphé le 1er mars 2015 à Alger par la partie malienne est largement en deçà des revendications des populations de l’AZAWAD ;
  • que toutes ces revendications visent à instaurer un climat général apaisé face à un contexte de plus en plus contraignant,
  • Etant entendu que :
  • le paraphe de ce document et la signature de l’Accord définitif sont et demeurent des actes juridiquement distincts,
  • que le document du 1er mars 2015 ne saurait être pris pour « l’Accord définitif », et que sa mise en œuvre ne saurait commencer avant  un accord consensuel entre parties ,

Rappelant que les points essentiels soumis à la bienveillante attention de la Médiation, le 17 mars 2015, à Kidal, seront examinés entre les parties en conflit et la Médiation avant toute signature du document final,

Et répondant aux sollicitations des plusieurs états membres de la communauté internationale, pays voisins et amis, la Coordination souscrit, dans une première démarche, au paraphe du Document d’Alger avant la signature définitive, le tout dans un esprit de démontrer toute sa bonne volonté à aller vers la paix.

La CMA pense que, la signature de l’accord final par la Médiation ne devrait intervenir qu’après la signature définitive et consensuelle des parties dans le but de la renforcer.

La Coordination des Mouvements de l’AZAWAD, à la fois fidèle aux idéaux  de l’AZAWAD et à sa volonté de faire progresser le processus vers une paix pour tous,

Appose ce jour son paraphe sur le document du 1er mars 2015 intitulé «ACCORD  POUR LA  PAIX  ET  LA  RECONCILIATION  AU  MALI  ISSU  DU  PROCESSUS  D’ALGER » .

Alger, le 14  mai  2015

Pour la Coordination des Mouvements  de l’AZAWAD

source :  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.