Sortie de crise au Mali

• Dialogue inter malien à Alger • Signature de l’accord de défense franco-malien à Bamako

 modibo keita ancien premier ministre president dialogue inclusif inter malien abdoulaye diop ministre affaires etrangere cooperation internationale

Hier lundi, la mission gouvernementale malienne a quitté Bamako, pour Alger. Les préliminaires du dialogue inclusif inter maliens y doivent commencer le 16 juillet. Cette délégation malienne est composée du Haut Représentant du chef de l’Etat pour le dialogue inter-maliens, l’ancien Premier ministre Modibo Kéita et de plusieurs membres du gouvernement malien comme le ministre des Affaires Etrangères de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop, le ministre de la Réconciliation nationale Zahabi Ould Sidi Mohamed, celui de l’Intérieur et de la Sécurité Sada Samaké, le ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du nord, Hamadoun Konaté.

A ceux-là s’ajouteraient les ministres de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, Mamadou Camara et le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Porte parole du gouvernement, Mahamane Baby.

L’annonce de ces rencontres a été faite, il y a quelques jours, par le ministre algérien des Affaires étrangères à Ouagadougou, à l’issue d’une rencontre avec le médiateur de la CEDEAO, le président burkinabè Blaise Compaoré. Ce qui est révélateur de l’importance de la CEDEAO et de son médiateur dans le processus de pourparlers inter-maliens même si les parties concernées se rencontrent à Alger.  Seront présents à ce rendez-vous, le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali, et les ministres des pays impliqués dans le processus de paix au Mali.

Le haut représentant du chef de l’Etat  pour le dialogue inclusif inter maliens, Modibo Keïta a déclaré au cours de sa dernière rencontre avec les partis politiques que « La solution militaire a montré ses limites, il faut discuter, et surtout il doit s’agir de discussions entre les Maliens. Il faut mettre l’accent sur la nécessité d’impliquer les populations du Nord dans les discussions. Et ceux qu’on appelle les mouvements armés, ce sont des Maliens. Donc ce sont des pourparlers intermaliens !

Je suis très optimiste ». Mais depuis, les choses se compliquent davantage, quand on sait que chacun de ces groupes armés ont leur dissidence, et que même les groupes sédentaires d’auto-défense sont divisés. Les groupes armés s’affrontent aux armes lourdes et certains ont occupé des positions très avancées vers le sud comme pour retrouver leurs positions d’avant l’intervention Serval.

La situation est très menaçante quand on sait que Serval qui a été le bouclier anti-terroriste plie bagages du nord du Mali.
Si pour le Haut représentant d’IBK, les discussions d’Alger se feront en trois phases, à savoir l’adoption d’une feuille de route, l’adoption d’un préaccord et enfin la signature d’un accord, des mouvements du Nord, les attend comme une réunion technique qui doit permettre de définir le lieu et le calendrier des futurs pourparlers, et non une phase des négociations directes.

Côté malien, contrairement à ce que certains ont pu penser, ce ne sera pas le Haut représentant du chef de l’Etat, qui conduira les négociations. Il a pour mission « de faciliter le dialogue inclusif entre Maliens » comme le précise un document de la primature. Il est pourtant considéré comme la « personnalité intègre et consensuelle qui bénéficie du respect de toutes les parties concernées », mais il passe pour un accompagnateur à Alger.

La feuille de route qu’il est porteur ne semble pas avoir la solidité recherchée pour donner le ton des pourparlers et imposer le Mali comme porteur d’une plateforme, une vision défendable à tout point de vue. Les représentants maliens en seraient là encore à se battre avec ongle et bec pour préserver les acquis de Ouagadougou contenu dans un accord qu’ils ont longtemps ignoré superbement. Le temps perdu dit-on ne se rattrape jamais.

Le chef de fil des négociateurs maliens est le ministre des Affaires Etrangères de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop sur lequel reposerait la lourde responsabilité de conduire une mission capitale pour toute la nation malienne. En a-t-il les moyens, en termes d’expériences, de connaissance du nord et de ses acteurs, et des techniques et de capacités de négociations ?

Dispose-t-il d’une équipe pluridisciplinaire expérimentée, qui bénéficierait de l’écoute ? Si toutes ces réponses sont affirmatives, ce qui n’est pas très évident, de notre point de vue, aura-t-il les coudées franches ? Enfin, les autorités maliennes qui ne disposent pas d’aucune base de négociations, croient-elles vraiment en leur issue, quand on sait qu’au même moment, le ministre français de la Défense Jean Yves Le Drian arrive à Bamako, demain mercredi pour la signature de l’accord de défense franco-malien ?

Selon une dépêche de l’AFP, le ministre français de la Défense Jean Yves Le Drian est attendu mercredi à Bamako pour signer l’accord de défense franco-malien qui ouvre le post-Serval. Un millier d’hommes devrait rester au Mali pour lutter contre “les groupes terroristes combattants”.

« Le but, c’est d’empêcher que ce que j’appelle l’autoroute de tous les trafics ne devienne un lieu de passage permanent, de reconstitution des groupes jihadistes entre la Libye et l’océan Atlantique, ce qui entraînerait ensuite des conséquences graves pour notre sécurité. C’est notre sécurité qui est en jeu ! », a-t-il insisté le ministre sur France 2.

A la veille du 14 juillet, la France a acté officiellement la fin de l’opération Serval au Mali et son remplacement dans les prochains jours par “Barkhane”, une opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme au Sahel, qui mobilisera 3.000 militaires français. Une information confirmée au Mali par l’Ambassadeur Gilles Huberson, lors de la réception qu’il a donnée le 14 juillet à la Résidence de France, à Bamako.

B. Daou

SourceLerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.