Six casques bleus guinéens tués à Kidal

C’est à peine que le successeur de Mongi Hamdi a enfourché son cheval de bataille qu’il est appelé à goûter aux difficultés de la mission onusienne dans notre pays.

 

Mahamat Saleh Annadif Representant Special Secrétaire General onu minusma

Obligé de retourner sur ses pas à Kidal d’où il était à peine revenu pour une mission de reconnaissance de terrain, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, n’a pu s’empêcher de sortir de ses gongs pour manifester son indignation vis-à-vis de la lourde perte subie par la Minusma suite à l’attaque de son camp vendredi à Kidal.

Mahamat Saleh Annadif, le Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Mali (RSSG), a déclaré,  le vendredi dernier, que la MINUSMA était «révoltée» par l’attaque meurtrière survenue sur son camp à Kidal.
Vendredi vers 7h, le camp de la MINUSMA basé à Kidal a été la cible d’une attaque complexe qui, selon un bilan provisoire, a entraîné la mort de trois Casques bleus et une trentaine de blessés.
Le RSSG a exprimé son indignation «J’ai le devoir, au nom du Secrétaire général, d’exprimer notre révolte par rapport à cet acte odieux et irresponsable qui survient une semaine après les arrangements locaux intervenus entre la CMA et la Plateforme et, 48h après mon passage à Kidal».
«Cet acte grave, traduit le désarroi du camp des ennemis de la paix, car il intervient au moment précis où la mise en œuvre de l’Accord de paix devient de plus en plus une réalité au Mali».
Le Chef de la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) a rendu visite, le samedi dernier, aux Casques bleus à Kidal, au lendemain de l’attaque revendiquée par les djihadistes d’Ansar Dine, qui a tué six soldats guinéens. Le gouvernement guinéen a confirmé que six soldats de son contingent à la MINUSMA avaient été tués dans l’attaque menée vendredi matin contre un camp de l’ONU à Kidal, dans un communiqué diffusé samedi.
Mahamat Saleh Annadif, Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Mali, «est arrivé samedi à Kidal pour apporter son soutien aux travailleurs de l’ONU et évoquer la sécurité de la Mission», selon une source militaire africaine au sein de la MINUSMA. «Il est venu dans notre camp ici à Kidal. Il a été choqué par les conséquences de l’attaque. Il a remonté notre moral et promis de se pencher très rapidement sur le renforcement de la sécurité», a ajouté la même source.
Peu avant son départ pour Kidal, Annadif avait rendu visite à des Casques bleus blessés lors de l’attaque et transférés dans une clinique de Bamako, selon une source dans cet établissement.
Outre les six Casques bleus guinéens tués, un porte-parole du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a fait état d’une trentaine de blessés.
L’assaut, revendiqué par Ansar Dine, a fait «des dizaines de morts et de blessés», a indiqué ce groupe djihadiste dans un communiqué diffusé le vendredi soir par l’agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.
M. Annadif, avait dénoncé, après cette attaque, un «acte odieux et irresponsable» qui «traduit le désarroi du camp des ennemis de la paix»
au Mali.
On se rappelle que deux soldats guinéens de l’ONU avaient été tués fin novembre 2015 à Kidal dans une attaque à la roquette contre le camp de la MINUSMA, revendiquée par Ansar Dine.
Trois soldats maliens ont également péri vendredi et deux autres blessés dans une embuscade dans la Région de Tombouctou. Ces tueries, ajoutées à celles survenues ces derniers jours dans le nord de notre pays, laissent croire que les djihadistes sont décidés à passer à une vitesse supérieure dans leur ignominie, histoire de confirmer au nouveau RSSG que la MINUSMA, déployée, depuis juillet 2013, est la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en 1993-1995.

Katito WADADA

Source: LE COMBAT

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.