SANCTIONS ECONOMIQUES SEVERES DE LA CEDEAO/UEMOA : Le peuple malien pas tout préparé à supporter pendant longtemps les conséquences

Les Colombes sont en train de gagner sur les Faucons pour le bonheur des Maliens et l’image du Mali. Un bras de fer avec la communauté internationale n’arrange pas notre pays. Les opposants à Alassane, Kaboré, Bazoum, Macky Sall, et autres pseudo panafricanistes ne doivent pas profiter de notre situation pour pousser nos dirigeants à la faute. Le peuple malien n’est pas du tout préparé à supporter pendant longtemps les conséquences des sanctions économiques et financières imposées.

Les commerçants ou opérateurs économiques commencent à grincer leurs dents. Les autorités de la transition ont annoncé avoir pris des dispositions pour que les actions d’approvisionnement, notamment les produits de première nécessité, se poursuivent. Dans les marchés, on déplore l’augmentation des prix de certains produits de grande consommation comme le sucre et d’autres produits ont pris l’ascenseur. Plus d’une semaine après les sanctions prises par la CEDEAO contre le Mali, les activités sont au ralenti à Diboli (frontière entre le Mali et le Sénégal). Les principaux clients du Sénégal dans la zone CEDEAO en 2020 reste essentiellement le Mali (474,8 milliards de FCFA), la Côte d’Ivoire (110,3 milliards de FCFA), la République de Guinée (85,4 milliards de FCFA), la Gambie (64,5 milliards de FCFA) et la Guinée Bissau (32,9 milliards de FCFA) d’après l’Agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal (ANSD).

Vers une paralysie du secteur économique ?

Il ne faut pas se leurrer, le Mali qui commence à souffrir de l’embargo ne pourra pas tenir longtemps face à ces sanctions économiques sévères édictées par la Cedeao et l’Uemoa. Nous sommes un pays enclavé qui vit de l’importation et de l’exportation. Et si l’embargo dure, cela mettra à mal les opérateurs économiques et le secteur économique sera paralysé. Et nous constatons que malgré les assurances données par des autorités de la Transition, les produits de denrées prennent de l’ascenseur sur le marché. N’oublions pas que ce sont les commerçants qui ont déstabilisés le régime de Modibo Keïta et tous les autres régimes qui sont tombés après lui. Allons à la table de négociation avec un chronogramme électoral clair, précis et raisonnable afin d’abréger la souffrance des Maliens.

De l’indépendance à nos jours le Malien a toujours été fier de son armée et de son équipe nationale quel que soit le résultat qu’elles obtiennent sur le terrain. C’est cette fierté que certains politiciens sont en train d’exploiter de manière machiavélique pour pouvoir se maintenir à leurs postes en enfonçant davantage le pays dans le chaos. Le retour à l’ordre constitutionnel normal dans un bref délai est la seule et meilleure garantie pour que nos partenaires actuels et futurs puissent continuer à nous accompagner dans tous nos projets. Le Mali a souscrit au principe du suffrage universel comme moyen de conquête et d’exercice du pouvoir. C’est pourquoi la constitution du 25 février 92, toujours en vigueur, stipule en son article 28 que les « partis politiques concourent à l’expression du suffrage universel ».

Tientigui

Source: Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.