Salif Keïta sur la crise au Mali : «La France est responsable !»

La super-star malienne Salif Keïta prépare la sortie d’un nouvel album en début 2017. Il l’a fait savoir dans un entretien accordé hier à Jeune Afrique. Dans cette autoproduction dont il n’a pas encore dévoilé le titre, il renseigne surtout qu’ «on y retrouvera des artiste invités nigérians» qui font de la pop nigériane. «La pop nigériane ne me touche pas particulièrement, je ne suis pas étonné que ça ne fonctionne pas en France, par exemple, car les Français n’aiment pas la musique vide. Mais, oui, je m’y intéresse car je reste dans la mode», a affirmé la star à la peau claire. Il informe aussi qu’il y aura sur cet album des collaborations avec le trompettiste de jazz sud-africain, Hugh Masekela, ses «anciens compères», Cheikh Tidiane Seck et Ousmane Kouyaté, Youssou Ndour, Angélique Kidjo,… Si l’on en croit Salif Keïta, qui a déjà à son actif une quinzaine d’albums, ce nouvel album peut encore surprendre les fans.

salif keita domingo artiste musicien chanteur guitariste albinos

«Cette fois, le disque n’est pas signé par une maison de disques, il est auto-produit. J’ai les mains libres et je suis beaucoup plus impliqué à tous les stades de la création. Oui, je pense que cela va plaire?!», a mentionné l’artiste qui est à Paris pour assister à la présentation d’un ouvrage illustré, Tooksipa et le tabouret d’or. C’est l’histoire d’un enfant burkinabè qui, pour devenir roi, doit sacrifier son ami albinos.
Partagée entre ses engagements musicaux, politiques et humanitaires, la star malienne n’a pas manqué, au cours de l’entretien avec Jeune Afrique, de  jeter un regard désabusé sur les tensions qui divisent son pays. Invité à réagir sur l’insurrection qui oppose l’Armée malienne aux rebelles touaregs et au mouvement salafiste, il répond : «Nous vivons un moment dramatique?: on est en train de nous amputer du Nord du pays. Moi qui suis patriote, je vis vraiment douloureusement notre impuissance. Nous sommes littéralement désarmés face à l’insurrection, nos forces militaires n’ont aucun poids. Le conflit fait peur aux touristes et nous prive d’importantes rentrées d’argent. Mais il ne faut pas se tromper d’ennemi?: ce ne sont pas les Nordistes.» Pour Salif Keïta, l’ennemie, c’est la France. Sans langue de bois, il précise : «Je dis simplement que si la France voulait que la guerre s’arrête, ce serait fini demain. Le Nord est riche en pétrole, en uranium, et il est sans doute plus facile de marchander avec une minorité. Je pose aussi une question?: qui a armé la rébellion?? Pour moi, Paris est en partie responsable.»

«Nos hommes politiques ont perdu toute crédibilité»
L’auteur du mythique tube Tekere n’épargne également pas les autorités politiques de son pays. «Nos hommes politiques ont perdu toute crédibilité», a-t-il dit, avant d’ajouter : «D’abord parce qu’ils sont élus par des ignorants que l’on peut acheter pour 1?000 F Cfa et un tee-shirt et qui, dès que le vent tourne, ne les soutiennent plus. Aujour­d’hui, nous devrions tous être derrière IBK. Attention, je n’aime pas les hommes politiques?: ils trempent dans trop d’affaires.» Pour l’artiste dont le franc-parler ne surprend plus pour qui connait son engagement, «de­puis le départ de l’ancien Pré­sident, Moussa Traoré, en 1991, ce ne sont que des amis qui se succèdent au pouvoir, complètement déconnectés de la population, et puis beaucoup se sont servis de moi, de ma musique… Mais je sais ce qui est bon pour le pays. Et, aujourd’hui, c’est de rester unis derrière un chef pour reconquérir notre souveraineté.» Le problème de IBK, expli­que encore celui qui fut militant du Parti citoyen pour le renouveau, c’est qu’ «il est entouré d’hypocrites et d’opportunistes qui ne lui disent pas la vérité. Il a du caractère, il pourrait faire des miracles s’il était mieux conseillé». «J’ai quitté ce parti (Pcr), mais je reste un citoyen engagé. Ce serait irresponsable de rester en dehors du jeu politique. C’est d’ailleurs pour ça que je suis revenu au pays après avoir longtemps habité près de Paris. Et, même si le chaos s’abat sur Bamako, je ne quitterai pas la ville. Vous savez, artistes et intellectuels ne comptent malheureusement plus aujourd’hui que sur la diaspora. Ici, trop de gens sont corrompus», a-t-il conclu.

[email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.