Rupture des accords de défense : Le sénateur Christian Cambon promet au Mali l’apocalypse après le retrait de la France

Invité lundi dernier (9 mai 2022)  de l’émission «Bonjour chez vous» sur «Public Sénat» (une chaîne de télévision politique et parlementaire dont l’unique actionnaire est le Sénat français), le sénateur Christian Cambon a déversé sa bile sur le Mali. Le président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du sénat français a aussi nié l’évidence par rapport au charnier découvert près du camp de Barkhane à Gossi en accusant la «milice Wagner» comme toujours.

 

«La junte issue du coup d’Etat a dénoncé la totalité des accords militaires qui unissaient le Mali à la France… Cette rupture des accords repose sur des raisons stupides. La France aurait utilisé l’espace aérien du Mali sans prévenir…» ! Voici la raison de la colère de Christian Cambon, président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français. Une colère exprimée sur le plateau de l’émission«Bonjour chez vous» de «Public Sénat».

Visiblement agacé par la tournure des événements, il est vite tombé dans l’arrogance avec des menaces contre notre pays. «Je pense que le Mali payera très cher le fait de s’être séparé de manière aussi violente des forces françaises qui, pendant huit ans, ont assuré la souveraineté du pays», a-t-il menacé. Cette souveraineté au nom de laquelle les autorités de transition ont dénoncé le traité et les accords de défense. Il est vrai que Serval a freiné l’avancée des extrémistes en 2013. Mais le bilan de l’opération Barkhane est très contestable puisqu’elle n’est jamais parvenue à enrayer la menace terroriste sur le Mali voire sur le Sahel. Pis, cette menace s’est finalement étendue à tout le pays malgré la présence française au Mali.

Le Sénateur a aussi accusé la «milice Wagner» (sans s’assurer même de sa présence au Mali) comme responsable du charnier découvert fin avril à proximité d’une base militaire occupée par la force Barkhane à Gossi le lendemain de sa rétrocession au Mali.

«Les milices Wagner, pilotées par la Russie, ont tenté un coup en essayant de monter un faux charnier. Des malheureux sont morts et ils ont tenté d’enterrer ces gens comme si les forces françaises les avaient exécutés», a dénoncé sans vergogne le sénateur Christian Cambon. Et de préciser, «par chance, nous avons un certain nombre de satellites qui circulent dans le coin et qui ont pu démonter cette manœuvre grossière».

Et le président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères promet le chaos voire l’apocalypse au Mali après le départ de la France. En effet, selon lui, «les risques de conflit et de déstabilisation» au Sahel sont aujourd’hui très élevés. Et cela d’autant plus que, explique-t-il, dans cette partie du continent africain «il n’y a plus de respect des règles internationales. On voit des milices qui agissent pour le compte d’un certain nombre de gouvernements. C’est absolument dramatique».

Ce qui est vraiment dramatique, c’est voir  la France essayer d’utiliser désespérément tous les moyens pour se maintenir au Mali et au Sahel.

Moussa Bolly

Source : Le Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.